Né le 25 mars 1901 à Plourach (Côtes-du-Nord), mort le 14 juillet 1944 à Paris, place de la République (IIIe arr.), tué par les BS ; militant syndicaliste CGTU, puis CGT ; militant communiste ; résistant.

Fils d’un laboureur, Yves Toudic, terrassier, vint travailler dans le Bâtiment dans la région parisienne et s’installa à Versailles (Seine-et-Oise) où il devint l’un des animateurs du PC. En 1930, il était secrétaire de la section locale du Secours rouge international. Candidat aux élections municipales de 1929 et 1932, il se présenta aux élections au conseil général (canton Sud) en 1934. En 1933, il était délégué CGTU et fut délégué au congrès national d’Issy-les-Moulineaux en 1935. La même année, il fut à nouveau candidat aux élections municipales. En 1936 et 1938, il fut délégué aux congrès de Toulouse et de Nantes de la CGT.
Les 18-19 janvier 1936, Yves Toudic fut élu à la commission exécutive de l’Union des syndicats de la région parisienne lors du congrès de fusion des unions confédérée et unitaire. L’année suivante, candidat du syndicat des Terrassiers, il fut reconduit à la commission exécutive. Il en fut ainsi en 1938 et 1939. En avril 1936, il était avec Raymond Froideval* responsable de la Région parisienne de la Fédération du Bâtiment. En 1938, il occupait également les fonctions de secrétaire du Comité régional du Bâtiment de la région parisienne et était membre de la commission exécutive de la Fédération CGT du Bâtiment.
Mobilisé en 1939, il fut démobilisé et, dès septembre 1940, devint le responsable des comités populaires du Bâtiment de la région parisienne. Toujours responsable des Comités populaires en 1944, Yves Toudic fut abattu par des fonctionnaires des brigades spéciales, à l’angle de la rue du Temple et de la rue Meslay (Paris, IIIe arr.), lors de la manifestation du 14 juillet, place de la République, qu’il avait contribué à organiser.
Son nom figure sur les plaques commémoratives de la rue Melay et dans la Bourse du Travail de Paris.
Une rue porte le nom d’Yves Toudic , de l’autre côté (est) de la place de la République.
Sources

SOURCES : Arch. Nat. F7/13652 et F/22224. — Arch. Dép. Seine-et-Oise, 2 M 16/19, 17/2, 30/50, 30/74, 4 M 2/68. — Résistance !, novembre 1973. — Le Travailleur parisien, janvier-mars et octobre-décembre 1936, avril-juin 1938, juin-juillet 1939. — La Marseillaise de Seine-et-Oise, 31 juillet 1949. — L’Humanité, 6 juillet 1951. — M. Petit, Histoire de l’Occupation et de la Libération de Versailles, slnd.

Annie Pennetier, Claude Pennetier

Version imprimable