Né le 22 septembre 1889 à Loos-en-Goyelle (Pas-de-Calais), fusillé comme otage le 26 septembre 1941 à Lille (Nord) ; mineur ; militant syndicaliste CGT ; militant communiste ; résistant.

Fils de Léon Turbant, bouilleur, et de Denise Desjardins, ménagère, Fernand Turbant, mineur (mécanicien de mine) à Hénin-Liétard (Pas-de-Calais), devint président du syndicat unique des mineurs de Drocourt après la fusion de 1935, et conserva ce poste jusqu’en 1939. En 1938-1939, il fut secrétaire régional du Sous-sol CGT (Nord, Pas-de-Calais, Somme, Seine-Inférieure, Aisne, Oise) et membre du Conseil national de la Fédération du Sous-sol.
Il refusa de désavouer le pacte germano-soviétique. Dès 1940, il fonda un groupe du Parti communiste clandestin des mines de Drocourt et fut l’un des organisateurs de la grève des mineurs de mai-juin 1941 dans la région d’Hénin-Liétard. C’est dans cette ville qu’il fut arrêté le 22 juin 1941 par la police française, puis interné à la caserne Négrier de Lille, avant d’être fusillé le 26 septembre suivant, comme otage en représailles à un vol d’explosifs et aux attentats dans le Nord. Le vol eut lieu dans la nuit du 22 au 23 septembre 1941, attribué à des « bandits armés – certainement des communistes ». Des attentats furent commis contre des trains de transport militaires et des trains français dans le courant de la nuit suivante, ainsi que dans la journée du 25 septembre. Le lendemain, Heinrich Niehoff, commandant militaire pour la Belgique et le nord de la France, ordonna l’exécution de vingt otages à la citadelle de Lille, « militants communistes particulièrement actifs ».
En septembre 2012, une plaque fut apposée sur les lieux en hommage aux cinq fusillés du 15 septembre et aux vingt du 26 septembre 1941.
Fernand Turbant s’était marié le 24 juin 1912 à Lens (Pas-de-Calais) avec Rachel Lerat et était père de quatre enfants.
L’Humanité du 2 octobre 1941 signala son exécution.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII, dossier 2 (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Pas-de-Calais, M 5142, 5304, 5417. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit. – Site Internet du ministère de la Culture. – Plaque commémorative, citadelle de Lille. – État civil, Lille.

Yves Le Maner, Claude Pennetier, Frédéric Stévenot

Version imprimable de cet article Version imprimable