Né le 17 juin 1903 à Lille (Nord), fusillé comme otage le 22 octobre 1941 à Châteaubriant (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) ; ouvrier métallurgiste, puis employé communal ; militant communiste d’Athis-Mons (Seine-et-Oise, Essonne).

Plaque sur le site de Châteaubriant
Fils de Désiré Lefebvre, teinturier, et de Léonie Bouteman, ménagère, Edmond Lefebvre, ouvrier métallurgiste puis employé communal, s’était marié le 1er septembre 1923 à Viry-Châtillon (Seine-et-Oise, Essonne) avec Marcelle Martin et était père de six enfants. Il habitait à Athis-Mons et militait au Parti communiste.
Il fut arrêté dès le 6 octobre 1940 et interné à Aincourt où il fut l’un des organisateurs de la grève de protestation contre l’insuffisance de nourriture et l’absence de visites en avril 1941. En représailles, il fut envoyé un mois à la centrale de Poissy qu’il quitta le 5 mai 1941 pour le camp de Châteaubriant. C’est là qu’il a été fusillé le 22 octobre 1941 parmi les vingt-sept otages de Châteaubriant, en représailles au meurtre du commandant allemand, Holz. Il laissait une femme et quatre enfants vivants dont un en bas âge qu’il ne connut jamais.
Oeuvres

ICONOGRAPHIE : Lettres des fusillés de Châteaubriant..., op. cit. - Fernand Grenier, Ceux de Châteaubriant..., op. cit.

Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII, dossier 2 (Notes Thomas Pouty). – Lettres des fusillés de Châteaubriant, éditées par l’Amicale des anciens internés patriotes de Châteaubriant-Voves, 1954. – Fernand Grenier, Ceux de Châteaubriant, préface de Jean Marcenac, 3e éd., Paris, Éd. Sociales, 1967. – État civil en ligne.

Claude Pennetier

Version imprimable de cet article Version imprimable