Né le 10 juillet 1920 à Thaon (Vosges), fusillé le 22 mai 1944 à Épinal (Vosges) ; ouvrier ; résistant du réseau Centurie.

Georges Abdallah
DAVCC, Caen
Tombe de Georges Abdallah
Georges Abdallah, fils d’un ouvrier d’usine, ouvrier lui-même, était domicilié à Thaon. Il entra dans la Résistance au sein du réseau Centurie où il fut immatriculé agent P1 à partir du 1er juillet 1943. Les responsables lui demandèrent de souscrire un contrat de travail de six mois pour aller en Tchécoslovaquie relever les plans de certaines usines. Ce qu’il fit à Nancy (zone interdite, Meurthe-et-Moselle) en février 1942. De retour en France, il s’installa à Boulogne-Billancourt (Seine, Hauts-de-Seine) et reprit ses activités sous le pseudonyme de Monsieur Édouard. Il fut arrêté par les Allemands à son domicile de la Villa des Roses le 24 janvier 1944, alors qu’il rentrait d’une mission de transport d’explosifs pour la région de Audun (Moselle), Longuyon (Meurthe-et-Moselle), Conflans et Jarny. Il fut victime d’une dénonciation.
Il fut successivement interné à Fresnes jusqu’au 15 février, puis à Nancy jusqu’au 10 avril.
Il fut condamné à mort le 24 avril 1944 ou le 28 pour « résistance et ports d’armes » par le tribunal militaire de la FK 622 (Épinal) en même temps que son responsable Georges Vautrin, Fernand Salisbury. Il a été fusillé à La Vierge le 22 mai.
Il fut homologué sous-lieutenant FFI à titre posthume.
En 1947, sa mère née Jeanne Heller, quarante-sept ans, était conseillère municipale à Thaon.
Sources

SOURCE : DAVCC, Caen, photographie.

Jean-Pierre Besse

Version imprimable de cet article Version imprimable