Né le 13 mai 1922 à Morteau (Doubs), fusillé le 16 avril 1943 à Angers (Maine-et-Loire) ; commerçant en horlogerie ; résistant.

Robert Tschanz était le fils de Georges Tschanz, horloger à Morteau, et de Rosa Schindler. Célibataire, il vivait chez ses parents, rue de l’Helvétie à Morteau. Il avait pour amis, entre autres, Georges Beuret et Jean Vuillecot. Résistant, membre du groupe Armée des volontaires, sans doute dénoncé, puis arrêté par des douaniers allemands lors d’un passage de la frontière franco-suisse, il fut amené après enquête par la Feldgendarmerie 923 à la prison du Pré-Pigeon à Angers, le 30 juillet 1942 à 22 h 30 (matricule no 733, cellule I-18).
Il fut traduit devant le tribunal militaire allemand d’Angers le 24 mars 1943. Le 30 mars, il fut condamné à mort pour espionnage. En attendant son exécution, il dessina une tombe sur le mur de la cellule no 58 et grava « Robert Tschanz vingt ans – 17 ter rue de l’Helvétie à Morteau (Doubs) ». Il a été fusillé le 16 avril 1943 à 9 h 45, avec Olivier Giran et Georges Beuret.
Il fut inhumé dans le cimetière de l’Est à Angers (carré 5, tombe 14). Les autorités allemandes n’ayant pas donné son nom au moment de son inhumation, le maire d’Angers fit procéder à son exhumation pour identification le 23 avril 1944.
Son corps fut exhumé le 18 septembre 1948 et restitué à sa famille. Il repose depuis dans une concession familiale (emplacement E.172) dans le cimetière de Morteau. Son nom est gravé sur le monument aux morts de Morteau. Son action lui valut d’être promu à titre posthume au grade de sous-lieutenant dans la Résistance.
Tous les troisièmes dimanches du mois d’octobre, une cérémonie a lieu devant le monument des fusillés de Belle-Beille, à Angers, au cours de laquelle son nom est cité.
La mention « Mort pour la France » lui fut attribuée.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 4 (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Maine-et-Loire, 181 J 50, 303 W 286, 303 W 292. – Arch. mun. Angers, 4 H 103. – Registre des inhumations des cimetières de l’Est à Angers et de Morteau. – Registre de la maison d’arrêt d’Angers, p. 222-223. – État civil.

Bertrand Gogendeau

Version imprimable