Né le 17 décembre 1921 à Veynes (…), disparu à Barret-le-Bas (Hautes-Alpes) le 5 mars 1944 ; cheminot ; communiste ; maquisard Francs-tireurs et partisans (FTP).

Originaire de Veynes (Hautes-Alpes), mécanicien des chemins de fer, Léon Arnoux fit partie du groupe de communistes qui a commencé à agir au cours de l’hiver 1942-1943, diffusant tracts et journaux venant de Grenoble (Isère) ou surchargeant les affiches de Vichy. Passé au maquis Morvan (FTP), le principal maquis du secteur du Buech (Hautes-Alpes), il disparut en mission avec Lucien Félix*, le 5 mars 1944, alors que les Allemands attaquaient le maquis installé aux Chiquets, près d’Orpierre (Hautes-Alpes). Les deux hommes avaient été envoyés en éclaireurs vers Barret-le-Bas, alors que le maquis se dispersait. Son corps fut retrouvé au lieu-dit Les Boursetons.
Il obtint le statut de « Mort pour la France ».
Un monument à la mémoire des « Héros et martyrs du Maquis Morvan » fut érigé après la Libération au bord de la RN 994, dans les gorges de Montclus (Hautes-Alpes).
Sources

SOURCES : Site Internet Mémoire des Hommes.— Commission d’histoire de l’Occupation et de la Libération de la France, Hautes-Alpes, état-major FTPF. — Maquis et Bataillons Morvan, Marseille, Amicale du maquis Morvan, 1987. — Christine Roux, Histoire de Veynes, Gap, SEHA, 1996. — Jean-Pierre Pellegrin, Résistants dans les Pays du Büech, Serres, Association départementale de sauvegarde du patrimoine des pays du Büech et des Baronnies, 2011. — renseignements fournis par la mairie de Barret-le-Bas.

Jean-Marie Guillon

Version imprimable de cet article Version imprimable