Né le 2 août 1895 à Belfort (Territoire de Belfort), exécuté le 19 juin 1944 à Gap (Hautes-Alpes) ; cheminot ; organisation Fer.

Sergent dans les Chasseurs pendant la Première Guerre mondiale, prisonnier pendant deux ans et demi, Alfred Meyer était un cheminot (mécanicien) de Veynes (Hautes-Alpes). Résistant, membre de l’Organisation Fer, il assurait le transport des journaux clandestins. Il avait sans doute été repéré en acceptant de tenir le carnet de la souscription lancée en faveur de la famille d’un cheminot arrêté pour avoir actionné le signal indiquant le début de l’arrêt de travail organisé par les résistants le 11 novembre 1942. Il fut pris comme otage à la suite du sabotage du dépôt de Veynes lors de la rafle du 19 mai 1944. Il fut arrêté avec son fils le soir à la descente du train 1894 qui faisait le trajet Veynes-Marseille. Conduit dans les locaux du Sipo-SD de Gap, villa Mayoli, torturé, emprisonné à la caserne Desmichels, il fut fusillé sans jugement le 19 juin, au bord de la Luye avec Louis Balmens, Paul Humetz, René Mourenas et Pierre Poutrain.
Son nom figure sur la stèle de la gare SNCF de Veynes.
Gap : 19 juin 1944
Sources

SOURCES : Richard Duchamblo, Cahiers « Maquisards et Gestapo », Gap, Ribaud Frères, 19 cahiers 1945-1949, reprint 2005, Gap, Éditions des Hautes-Alpes, tome 2, 8e cahier. — Christine Roux, Histoire de Veynes, Gap, SEHA, 1996. — État civil.

Jean-Marie Guillon

Version imprimable