Né le 4 juillet 1920 à Saint-Bonnet-en-Champsaur (Hautes-Alpes), exécuté le 19 juin 1944 à Gap (Hautes-Alpes) ; socialiste ; agent de liaison AS/FFI.

Originaire de Saint-Bonnet-en-Champsaur (Hautes-Alpes), fils d’un brigadier des Eaux et Forêts et d’une institutrice, il avait suivi à Valence (Drôme) un couple d’estivants qui avait repéré ses dons artistiques. Il faisait là des travaux d’art avec un serrurier et avait appris en même temps le métier de plombier zingueur. Convoqué au STO, il revint à Saint-Firmin et s’installa comme artisan. Mais, ayant été rattrapé par une nouvelle convocation, il alla avec son père demander l’aide de son ami et camarade du parti socialiste, l’inspecteur des Eaux et Forêts Louis Balmens. Balmens, qui était l’un des responsables de l’AS dans les Hautes-Alpes, accepta de cacher René Mourenas chez lui et en fit son agent de liaison. Lorsque l’occasion de faire régulariser leur situation fut donnée aux réfractaires au STO, en octobre 1943, il utilisa cette possibilité et fut inscrit comme bûcheron des Eaux et Forêts. À nouveau convoqué au printemps 1944, il se fit ajourner, puis réformer.
Pendant ce temps, il effectua les missions clandestines qui lui étaient confiées : transport d’armes, aide à des réfugiés alsaciens, liaisons.
C’est en accompagnant Louis Balmens qui rejoignait le PC du chef départemental FFI, le capitaine Daviron (Ricard), qui se trouvait à Ancelle, qu’il fut arrêté par les Allemands au matin du 6 juin, près du hameau des Belons (commune de Gap), sous le col de Manse. Les Allemands saisirent ce que les deux hommes transportaient (cocardes tricolores, cartes d’identité, argent, etc.). Remis à la Felgendarmerie, ils furent conduits dans les locaux du Sipo-SD de Gap, villa Mayoli, torturés, puis emprisonnés à la caserne Desmichels. Ils furent fusillés sans jugement le 19 juin, à Gap, à la Combe de la Gay, avec trois autres résistants, Paul Humetz*, Alfred Meyer* et Pierre Poutrain*.
René Mourenas fut inhumé avec Louis Balmens au cimetière de Saint-Bonnet-en-Champsaur.
Sources

SOURCES : Commission d’histoire de l’Occupation et de la Libération de la France, Hautes-Alpes, secteur H-Haut-Champsaur. — Richard Duchamblo, Cahiers « Maquisards et Gestapo », Gap, Ribaud Frères, 19 cahiers 1945-1949, reprint 2005, Gap, Éditions des Hautes-Alpes, tome 1, 2e cahier, tome 2, 8e cahier, et Histoires de notre ville de Gap, Gap, Editions de la Librairie des Hautes-Alpes, 1994. — État civil.

Jean-Marie Guillon

Version imprimable