Né le 25 août 1923 à Guingamp (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), fusillé le 3 juillet 1944 à Servel en Lannion (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor) ; marin d’État ; FTPF.

Jean-Félix Tallec
Jean-Félix Tallec était le fils de Fernand, Louis Tallec, cordonnier, et de Germaine, Francine Faulle, sans profession. Ancien marin de la Marine nationale, il demeurait à Guingamp avec son épouse et son enfant.
Membre du maquis de Pont-Melvez (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), il fut arrêté sur dénonciation le 27 juin 1944 avec quatre autres résistants : Marcel Berthelot, René Forestier, Georges Herviou et Henri Prual, alors que le groupe venait d’exécuter des sabotages sur les lignes téléphoniques. Lors de son incarcération à la maison d’arrêt de Guingamp, Jean-Félix Tallec subit pendant plusieurs jours d’affreuses tortures dans la salle d’interrogatoire d’une maison réquisitionnée par les Allemands au 55 boulevard de la Marne à Guingamp.
Jugé et condamné à la peine de mort, selon un article paru dans L’Ouest-Éclair du 19 juillet 1944 « pour attentats contre les voies ferrées et d’attaques à main armée contre des soldats et des civils », par un tribunal militaire allemand, il a été fusillé le 3 juillet 1944 au camp d’aviation de Servel. Jean-Félix Tallec avait vingt et un ans.
Son corps fut retrouvé le 18 septembre 1944 dans une fosse. Il fut inhumé au cimetière de Guingamp.
Le nom de Jean-Félix Tallec figure sur Le monument du terrain d’aviation de Servel en Lannion.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Côtes-d’Armor, 2W91, 165J3, 68J4. – Alain Prigent, Serge Tilly, « Les fusillés et les décapités dans les Côtes-du-Nord (1940-1944) », Les Cahiers de la Résistance populaire dans les Côtes-du-Nord, no 12, 2011. – Serge Tilly, « L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944) », Les lieux de mémoire, Les Cahiers de la Résistance populaire dans les Côtes-du-Nord, no 10, 2004 et no 11, 2005.

Alain Prigent, Serge Tilly

Version imprimable