Né le 14 avril 1920 à Aubigné-Racan (Sarthe), fusillé après condamnation à mort le 16 mai 1942 à Avon-les-Roches (Indre-et-Loire) ; ferreur ou ajusteur à la SNCF ; résistant FTPF.

André Anguille
Fils d’un cheminot du Paris-Orléans, Jules Anguille, et de Angelina Loizillon,André Anguille cheminot lui-même, était domicilié à Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire) chez ses parents, 21 rue Marti-Audenet. Il participa à partir de décembre 1941 aux actions de la résistance armée communiste, devenue par la suite le groupe Francs-tireurs et partisans français (FTPF) Touraine. Il fut arrêté par la police française alors qu’il collait des affiches « Appel à la population française pour chasser l’ennemi » avec Robert Couillaud et Robert Guilbault le 30 avril 1942 et remis aux autorités allemandes le lendemain.
Condamné à mort le 14 mai 1942, il a été fusillé deux jours plus tard avec ses deux camarades. S’y ajoutèrent Maxime Bourdon et André Foussier, tous communistes.
Il fut reconnu Interné Résistant en 1953.
Une rue de Saint-Pierre-de-Corps porte son nom.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen. – CDrom, La Résistance en Indre-et-Loire, AERI (photographie). — En parcourant les rues de Saint-Pierre-de-Corps, Saint-Pierre-des-Corps, brochure sans date. — Notes de Claude Pennetier.

Jean-Pierre Besse, Annie Pennetier

Version imprimable de cet article Version imprimable