Né le 4 juin 1899 à Paris (XVIIe arr.), fusillé le 28 mars 1944 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; directeur d’une société de gardiennage d’usine ; résistant membre du réseau Comète.

Militaire réformé, Robert Aylé était domicilié 37 rue de Babylone à Paris (VIIe arr.), ce qui explique sans doute son pseudonyme Baby.
Il devint chef de secteur du réseau Comète en mai 1942. Agent P1 à partir de cette date, il devint agent P2 en janvier 1943. Il fut chargé de recréer la ligne lorsque les principaux agents étaient brûlés en Belgique. Il devint l’adjoint du chef du réseau Frédéric De Jongh.
Il fut arrêté le 7 juin 1943, gare du Nord, par la police allemande en même temps que son épouse Germaine Aylé-Lecat et de son chef De Jongh. Interné à la prison de Fresnes (Seine, Val-de-Marne), il fut condamné à mort par le tribunal de la Luftgau à Paris le 15 mars 1944 pour « intelligence avec l’ennemi » en même temps qu’Aimable Fouquerel et Frédéric De Jongh. Ils furent tous les trois fusillés le 28 mars 1944.
Robert Aylé fut homologué capitaine des FFC.
Il existe une rue Robert Aylé à Asnières (Hauts-de-Seine) où il demeura au 30 rue Albert de Mun et à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais).
Sa femme, née le 21 juillet 1893 à Paris, fut déportée le 13 avril 1944 vers les prisons allemandes. Elle fut libérée à la gare de Dresde le 6 février 1945.
Sources

SOURCES : SHD-DIMI, dossier Bureau Résistance 16 P 24 827. – Arch. PPo. 109W 2. – Site fusillés du Mont-Valérien. – Site www.cometeline.org. – FMD, Livre-Mémorial, op. cit.

Aurélie Pol, Jean-Pierre Besse

Version imprimable