Né le 14 février 1915 à Roubaix (Nord), fusillé le 12 novembre 1941 à la citadelle de Lille (Nord) ; électricien ; agent des services de renseignement militaires du réseau Kléber.

André Baelen était électricien aux établissements Tiberghein Frères à Tourcoing. En 1937, il avait épousé Simone Pohie. Un enfant était né l’année suivante, un second en 1940. La famille habitait 150 rue du Moulin à Roubaix. Arrêté le 13 mars 1941 par le contre-espionnage allemand, André Baelen fut accusé d’intelligence avec les services secrets britanniques et le 2e bureau de l’armée française d’armistice. Il lui était également reproché de détenir des armes de guerre et d’avoir facilité le passage en zone libre de sujets britanniques et de jeunes Français gaullistes. Il fut incarcéré à la prison de Loos-lès-Lille jusqu’au 12 novembre 1941, puis à la citadelle de Lille.
André Baelen fut condamné à mort, le 18 juillet 1941, par le tribunal de la Feldkommandantur 678 (Lille) pour « espionnage et actions en faveur de l’ennemi ». Dès le lendemain, le préfet du Nord intercéda auprès des autorités militaires allemandes pour tenter d’obtenir une commutation de peine. Le contrôleur général délégué du ministère de la Guerre fut saisi pour effectuer une démarche similaire auprès de l’ambassadeur Abetz à Paris. En vain. Le 12 novembre 1941, André Baelen a été fusillé à la citadelle de Lille et non pas comme il est écrit parfois au fort du Vert-Galant.
Après-guerre, il fut homologué « agent P2 » (agent rétribué) par les services de renseignement militaires SSMF/TR et SR Kléber. Il fut fait chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume et reçut la Croix de guerre avec palme ainsi que la Médaille de la Résistance. Son nom figure sur le Mémorial de la Résistance tourquennoise à Tourcoing (44 noms) et sur celui des services spéciaux de la Défense nationale à Ramatuelle (Var).
« Fusillé par les Allemands », André Baelen fut reconnu « mort pour la France » (AC 21 P 11908) à titre militaire (FFI).
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen VIII (Notes Thomas Pouty). – Livre d’Or du Mémorial de Ramatuelle 1939-1945, édité par l’Amicale des Anciens des Services spéciaux de la Défense nationale (AASSDN), Paris, 2005. – La Voix du Nord, La liste des 7 700 déportés et fusillés du Nord-Pas-de-Calais, Mémoires de la Déportation, Hors-série, 2005. – Sites Internet : Mémoire des hommes ; Mémorial GenWeb.

Jean-Pierre Besse, Jean-Pierre Ravery

Version imprimable