Né le 9 octobre 1922 à Corday (Calvados), fusillé le 14 août 1943 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; ouvrier agricole ; membre des FTPF du Calvados et du Front national.

René Fairant
Collection Jean Quellien
Dans la nuit du 11 au 12 décembre 1942, il fit partie du petit commando qui déroba des quantités importantes d’explosifs aux carrières de Vignats. Mais la capture d’un membre du groupe, après l’échec d’une tentative de sabotage sur la voie ferrée quelques jours plus tard, déclencha une vaste rafle menée par la police française.
René Fairant quitta précipitamment le Calvados pour se réfugier dans le Maine-et-Loire. Mais il fut arrêté le 21 décembre 1942 à Cholet (Maine-et-Loire) par la gendarmerie puis remis aux Allemands. Interné à la prison de Fresnes, il fut jugé avec une vingtaine de ses camarades par le tribunal militaire du Gross Paris le 13 juillet 1943. Condamné à mort, René Fiarant a été fusillé au Mont-Valérien le 14 août 1943.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – J. Quellien (sous la dir.), Livre mémorial des victimes du nazisme dans le Calvados, op. cit.

Jean Quellien

Version imprimable