Né le 14 avril 1921 à Bannalec (Finistère), fusillé le 21 avril 1944 à Penmarc’h, sur les dunes de Poulguen (Finistère) ; résistant FTPF.

Fils de René Cadic, retraité, et de Joséphine Cadic, commerçante, Eugène Cadic, célibataire, mécanicien, entra dans la Résistance courant 1943 avec des amis de Bannalec. Il adhéra au Front national en août 1943 et participa à des actions comme l’attaque d’un train de munitions le 11 novembre 1943 à Bannalec. Il rejoignit le maquis de Gourin en janvier 1944. Il aurait également été affilié au réseau Turma-Vengeance. Neuf résistants furent arrêtés le 8 janvier 1944 au restaurant Perrot de Banalec. Les renseignements recueillis par la police allemande permirent de savoir que Jean Bariou cachait des soldats anglo-saxons. Averti, Cadic fut interpellé en allant prévenir Bariou du danger.
Envoyé à la prison Saint-Charles de Quimper, Cadic fut accusé « d’être un franc-tireur FTPF et de participation à des attentats ». Jugé par le tribunal allemand de Quimper (FK 752), le 21 avril 1944, condamné à mort, il a été fusillé le jour même à Penmarc’h, sur les dunes de Poulguen et son corps enterré dans le sable.
La fosse fut ouverte le 31 août 1944 et livra trente-cinq cadavres.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Site Les Amis de la Résistance du Finistère. – Kervran, Marcel, Bannalec à travers les âges, 1 000 ans d’histoire, Imprimérie régionale de Bannalec, 1986, p. 387-388. – État civil.

Claude Pennetier

Version imprimable