Né le 31 mars 1892 à Chéraute (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques), fusillé le 23 mai 1942 à Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne) dans la Marne ; artisan-maçon à Broyes (Marne).

Sépulture de Jean Belhartz
Cliché de J.-P. Husson
Divorcé, Jean Belhartz était père de cinq enfants. Arrêté le 20 mai 1942, il a été condamné à mort le lendemain par le tribunal militaire allemand FK 531 siégeant à Châlons-sur-Marne, pour détention d’armes et de munitions. Il a été fusillé le 23 mai 1942 au stand de tir de Châlons-sur-Marne, avenue du Général-Sarrail.
Inhumé dans le cimetière de l’Est de Châlons, le corps de Jean Belhartz a été exhumé le 30 octobre 1961 et transféré dans le carré Ulmann de ce même cimetière.
Le nom de Jean Belhartz, orthographié par erreur Belhatz, figure sur la plaque commémorative érigée sur le site de la Butte des fusillés à L’Épine (Marne). Il est aussi inscrit sur le monument aux martyrs de la Résistance et de la Déportation de Reims où résidait son ex-épouse, Madame Hayber.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen. – Dossier De Brinon, B7/380. – Arch. Dép. Marne, M. 7463, exécutions par les Allemands 1941-1944 ; M. 4774, fusillés ou exécutés par les Allemands, liste dressée à la demande du ministère de l’Intérieur en octobre 1944. – Arch. COSOR-51. – Pierre Gillet, « Châlons sous la botte. Souvenirs de la Résistance à Châlons-sur-Marne et dans l’arrondissement (1940-1945) », Cahiers châlonnais, no 3, Châlons-sur-Marne, 1983, réédité en 1998. – Jean-Pierre et Jocelyne Husson, La Résistance dans la Marne, DVDrom, AERI-Département de la Fondation de la Résistance et CRDP de Champagne-Ardenne, Reims, 2013.

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable