Né le 3 avril 1911 à Saint-Maur-des-Fossés (Seine, Val-de-Marne), fusillé par condamnation le 10 avril 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; chauffeur ; résistant gaulliste.

Fils d’Albert, plombier, et de Marguerite née Kauffmann, sans profession, Albert Alavoine épousa Pierrette Loisel le 5 décembre 1932 en mairie de Saint-Maur-des-Fossés. Le couple vivait 9 rue du Centenaire à La-Varenne-Saint-Hilaire (Seine, Val-de-Marne). En juin 1941, Albert Alavoine aurait rejoint la résistance gaulliste. Le 10 octobre 1941, il fut arrêté alors qu’il volait une automobile allemande. Incarcéré dans les locaux de la Feldgendarmerie 19-21 rue de la Victoire (IXe arr.), il s’évada le 12 octobre.
Par télégramme les autorités d’occupation lancèrent un avis de recherche. À nouveau interpellé à une date inconnue, probablement à Yerres (Seine-et-Oise, Essonne), il comparut le 2 avril 1942 devant le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.). Condamné à mort, il fut passé par les armes le 10 avril au Mont-Valérien. Son inhumation eut lieu au cimetière d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne).
Sources

SOURCES : Arch. PPo., 77W 51. – DAVCC, Caen, Boîte 5 Liste S 1744-208/42 (Notes Thomas Pouty). – Site Internet Mémoire des Hommes. – Site Les Français Libres. – État civil, Saint-Maur-des-Fossés.

Daniel Grason

Version imprimable de cet article Version imprimable