Né le 15 janvier 1910 à Longlaville (Meurthe-et-Moselle), fusillé comme otage le 9 mai 1942 à Caen (Calvados) ; ajusteur mécanicien à la SNCF ; militant communiste.

Jean Bécar
Collection Jean Quellien
Jean Bécar était marié et ouvrier ajusteur à Longuyon (Meurthe-et-Moselle). Ses activités de militant communiste lui valurent d’être arrêté en 1941 et condamné à cinq ans de travaux forcés par la Section spéciale de la cour d’appel de Nancy (Meurthe-et-Moselle). D’abord incarcéré à Fresnes (Seine, Val-de-Marne), il fut ensuite transféré à la maison centrale de Caen.
Désigné par les autorités allemandes pour être fusillé en représailles aux sabotages commis à Airan (Calvados) contre des trains de permissionnaires de la Wehrmacht, Jean Bécar a été fusillé le 9 mai 1942 dans l’enceinte de la caserne du 43e Régiment d’artillerie à Caen.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – J. Quellien. (sous la dir.), Livre mémorial des victimes du nazisme dans le Calvados, op. cit.

Jean Quellien

Version imprimable de cet article Version imprimable