Né le 19 octobre 1925 à Lorgues (Var), exécuté sommairement à Nice (Alpes-Maritimes) le 15 août 1944 ; cultivateur ; résistant FTP.

Issu d’une famille d’agriculteurs de Saint-Antonin (Var), fils de Marius Victorin Ernest et de Élisabeth Bersia, deuxième de cinq enfants, orphelin de père à 14 ans, Maurice Flandin travaillait à la campagne avec sa mère.
Il rejoignit la Résistance comme membre du groupe FTP de Lorgues, au détachement Carrara, du nom de Jean Carrara, jeune maquisard tué près de Castellane. Le 23 juillet 1944, se rendant en mission de ravitaillement au maquis d’Aups avec un camarade, ils furent interceptés par un camion allemand près de Tourtour (Var) et arrêtés. Maurice Flandin fut emprisonné à Draguignan (Var) puis conduit à Nice aux Nouvelles-Prisons. À l’annonce du débarquement des alliés en Provence, il fut fusillé avec vingt autres résistants (plus deux hommes de main du PPF arrêtés pour vol) dans un terrain vague au quartier de L’Ariane, à Nice, le 15 août 1944. du quartier de l’Ariane au nord-est de la ville, le long du fleuve Paillon. Dès qu’ils en descendirent ils furent exécutés les uns après les autres à coups de mitraillette.
Son identité ne fut établie que le 15 novembre 1944 par jugement du tribunal civil de Nice et son acte de décès transcrit sur les registres de l’état civil le 14 décembre 1944.
Il fut décoré à de la Médaille de la Résistance à titre posthume. Une plaque à son nom fut apposée dans le village de Saint-Antonin. Son nom figure sur le monument aux morts de Lorgues et sur une plaque au carré de l’Ariane, à Nice.
Sources

SOURCES : site Genweb. — Robert Girod, Les fusillés de L’Ariane, Villefranche-sur-Mer, Artephis, 1994. — Jean-Marie Guillon, La Résistance dans le Var. Essai d’histoire politique, Université Aix-Marseille I, 1989. — Internet Wikipédia "Fusillés de l’Ariane".— État civil. — Notes de Jean-Louis Ponnavoy.

Jean-Marie Guillon

Version imprimable