Né le 24 mars 1920 à Lyon (1er arr.), exécuté le 12 juillet 1944 à Genas (Rhône) ; professeur-adjoint ; résistant ; chef national des Forces unies de la jeunesse.

Hugues Barange était le fils de Claude Barange, instituteur décoré de la Croix de Guerre, et de Thérèse Crevon, sans profession. Il fit ses études à l’école primaire de Soucieu-en-Jarrest (Rhône) puis au lycée de Saint-Rambert-l’Ile Barbe et à celui du Parc de Lyon.
En septembre 1939, il s’engagea et admis au concours de l’Ecole de marine marchande de Nice. Il fut promu capitaine.
Il tenta en vain de gagner Londres. Arrivé en 1941-1942 au lycée Lalande de Bourg-en-Bresse (Ain), comme répétiteur, il y constitua les Forces unies de la jeunesse en recrutant plusieurs des élèves de cet établissement. Il avait pour pseudonyme Nicky ou Micky.
Il devint chef national du mouvement sous le pseudo de Cordier. Arrêté à Montpellier le 23 décembre 1943, transféré à la Centrale d’Eysses, il fut lors de son procès condamné comme trafiquant et libéré en mars 1944.
Il fut arrêté le 9 juillet 1944, 9 cours Gambetta à Lyon, en même temps qu’Henri Debiez, Henri Denis, Pierre Toesca et Pierre Poncet lors d’une réunion de l’état major des FUJ. Interné au Fort Montluc, il fut extrait de sa cellule, le 12 juillet 1944, et conduit avec vingt autres détenus au lieu dit Bouvaret sur le territoire de la commune d Genas à Genas et exécuté.
Il fut homologué à titre posthume Commandant FFI.
Une plaque est apposée au 9 cours Gambetta à Lyon.

Voir la monographie du lieu d’exécution
Sources

SOURCES : BAVCC, Caen. — Bruno Permezel, Résistants à Lyon, Villeurbanne et aux alentours, 2824 engagements, éditions BGA Permezel, 2003. — État civil.

Jean-Pierre Besse

Version imprimable de cet article Version imprimable