Né le 2 août 1920 à Giromagny (Territoire-de-Belfort), fusillé le 14 juin 1944 à Arras (Pas-de-Calais) ; électricien ; militant communiste ; résistant au sein des FTPF.

Fils de Jules Verrier, machiniste, et d’Anna Fluhr, sans profession, Jean Verrier était célibataire et domicilié à Vimy (Pas-de-Calais), au café de l’Étude, chez Guiot.
Arrêté pour « détention d’armes », il fut condamné à mort par le tribunal militaire d’Arras (OFK 670) le 23 mai 1944 et fusillé le 14 juin 1944 à 19 h 22 dans les fossés de la citadelle d’Arras.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Pas-de-Calais, M 5022/2 et 51 J/6. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit., p. 274. – Mémorial des fusillés d’Arras. – État civil.

Raynald Daubresse, Christian Lescureux

Version imprimable de cet article Version imprimable