Né le 24 avril 1920 à Goerlingen (Bas-Rhin), guillotiné le 9 août 1943 à Brandebourg-an-der-Havel (Allemagne) ; incorporé de force dans l’armée allemande en 1942, objecteur de conscience, condamné à mort le 18 mai 1943.

Alfred Benedick était un alsacien de nationalité française, contraint de servir dans l’armée allemande suite à l’annexion de fait de l’Alsace au IIIe Reich en 1940 et des décrets d’incorporation d’août 1942. Le 3 septembre 1942, il a refusé pour motif religieux de signer son livret militaire lors du conseil de révision. Il semblerait qu’il ait été témoin de Jéhovah. Comme il a réitéré son refus devant le tribunal de Division Nr. 158 à Strasbourg, il a comparu devant le Reichskriegsgericht à Berlin ou à Postdam (Allemagne) avec Henri Merling, Charles Merling et Raymond Gentes. Alfred Benedick a motivé son refus d’intégrer la Wehrmacht par l’interdit religieux de tuer et par sa qualité de citoyen français. Ayant maintenu leur refus, ils furent condamnés à mort, le 18 mai 1943, pour « atteinte aux forces armées » (§5 KSSVO). Le jugement a été confirmé par le Feld-maréchal Keitel. Ils ont été guillotinés le 9 août 1943 dans la prison de Brandebourg-an-der-Havel (Allemagne).
Sources

SOURCES : Jugements d’Alfred Benedick par le Reichskriegsgericht (Archives militaires de Prague, copie au CETJAD). – État civil, Goerlingen (Bas-Rhin).

Frédéric Stroh

Version imprimable de cet article Version imprimable