Né le 9 juillet 1906 à Fraize (Vosges), abattu le 29 novembre 1943 à Grenoble (Isère) ; professeur à l’Institut d’électrochimie ; résistant NAP puis MUR en Isère.

Jean Bistesi était le fils d’un artiste musicien domicilié dans l’Indre. Il naquit au domicile de ses grands parents maternels.
Il quitta sa ville natale en 1914 et s’installa à Nice où il était élève au lycée Masséna. En 1924, il vint s’installer à Grenoble pour préparer le diplôme d’ingénieur et une licence de sciences. Il entra en 1927 dans un laboratoire de la faculté des sciences comme attaché au service des échantillonnages et d’analyses des produits électrométallurgique. En novembre 1930, il devint chargé de conférence et de travaux pratiques en électro chimie. Il était professeur à l’institut d’électrochimie et d’électrométallurgie, rue Hoche à Grenoble et était domicilié à Saint-Martin-le-Vinoux au « Belvédère » depuis juin 1940.
Membre de Combat, il fut d’abord chef du ROP (recrutement organisation propagande). Il avait pour pseudonyme Mutte. Puis il passa à la NAP en novembre 1942, il était alors Besson et devint chef départemental du mouvement Combat en janvier 1943 et prit pour pseudonyme Picard. Il participa sous le nom de Hourst à la création des MUR et organisa le maquis Saint-Ange en Isère.
Il fut abattu par la police allemande à la sortie de son cours.
Sa citation mentionne « Agent de renseignements courageux et dévoué, a appartenu à l’organisation départementale de la NAP dès sa création, il fut tué lors des événements tragiques de Grenoble en novembre 1943. »
Il fut homologué, à titre posthume, capitaine FFI en juillet 1945. La mention "Mort pour la France" lui fut attribuée en janvier 1958.Il a été décoré de la Légion d’honneur et de la Médaille de la Résistance.
Une plaque est apposée dans le hall de l’Université de Grenoble et a été inaugurée le 29 novembre 1944 en présence de son épouse.Dans la ville, son nom est gravé sur la plaque commémorative de l’INPG , sur le Mur des martyrs de la résistance, à Livet-et-Gavet sur le Mémorial du maquis de l’Oisans et à Nice (Alpes-Maritimes) au lycée Masséna.
Sources

SOURCES : SGA, DIMI, Bureau Résistance, dossier 16P61602. — M. Flusin, « Jean Bistesi (1906-1943) », Annales de l’université de Grenoble, tome 21, 1945. — MémorialGenweb. — État civil.

Jean-Pierre Besse

Version imprimable de cet article Version imprimable