Né le 13 octobre 1905 à Mayenne (Mayenne), fusillé comme otage le 16 mai 1942 au camp du Ruchard (Avon-les-Roches, Indre-et-Loire) ; militant communiste ; chauffeur de taxi.

ANDRE Robert
Source : Michel Desrues, Magali Even, Mémorial de la Mayenne 1940-1945. Fusillés, massacrés morts aux combats de la Libération, Direction départementale de l’ONACVG de la Mayenne, 2001
Pupille de l’assistance publique, marié depuis 1930 et domicilié à Laval (Mayenne), Robert André fut arrêté par les autorités allemandes le 5 décembre 1941 avec huit autres militants communistes pour propagande anti-nationale. Jugé par la cour spéciale d’Angers à douze années de travaux forcés le 19 février 1942, il fut emprisonné à Tours (Indre-et-Loire).
Robert André a été fusillé comme otage le 16 mai 1942 aux côtés de cinq membres des jeunesses communistes d’Indre-et-Loire, en représailles à l’attentat du 2 mai 1942 à Saint-Aubin-les-Elbeuf (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) contre quatre marins allemands. Deux d’entre eux furent touchés et décédèrent au cours de leur transport vers l’hôpital.
Les 6 hommes tombèrent en refusant d’avoir les yeux bandés et criant "Vive la France !".
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – André Rossel-Kirschen, Le procès de la Maison de la Chimie, 7 au 14 avril 1942 : contribution à l’histoire des débuts de la résistance armée en France, Paris, L’Harmattan, 2002.— Michel Desrues, Magali Even, Mémorial de la Mayenne 1940-1945. Fusillés, massacrés morts aux combats de la Libération, Direction départementale de l’ONACVG de la Mayenne, 2001. — État civil.

Delphine Leneveu

Version imprimable de cet article Version imprimable