Né le 5 décembre 1908 à Xeuilley (Meurthe-et-Moselle), fusillé le 19 mai 1944 à Champigneulles (Meurthe-et-Moselle) ; aide ouvrier ajusteur SNCF ; résistant, membre des FTPF.

Henri Bernier, marié en octobre 1931 à Léonie Bervard et père de deux enfants, résidait à Jarville (Meurthe-et-Moselle) 3 rue Poincaré et était aide-ajusteur au dépôt SNCF de Nancy. Sous le pseudonyme de Jacques, il était chef du groupe FTP Gambetta avec sept membres, tous cheminots : Pierre Crevisier, Fernand Demange, André Guyon, Henri Maillet, Jean Maquinet et Alphonse Mouilleron.
Il fut arrêté par la police française le 24 février 1944 à son domicile pour « activité de franc-tireur et sabotage » avec onze autres cheminots et fut interné à la prison Charles-III de Nancy.
Selon la Fondation pour la mémoire de la déportation il fut accusé de "menées communistes et attentats " dans la cadre du Groupe FTP Gambetta de Nancy (Arch. Dép. Meurthe-et-Moselle, W 927/1)
Les autres dossiers consultés dans la cadre de Mémorial des cheminots ne font pas mention de menées communistes mais il semble que ce groupe FTP était dans le sillage communiste. Il étaient accusés de participation au sabotage de l’usine Leroy le 10 février 1944 et de la sous-station électrique de la gare de la gare Saint-Jean le 15 février 1944 ainsi que de vol de tickets de ravitaillement à la maire de Laxou de 21 décembre 1943.
Ils furent tous remis aux autorités allemandes le 1er mars 1944. Le 3 avril 1944, la direction de la SNCF avait averti la Délégation générale du gouvernement français dans les territoires occupés (DGTO) de son arrestation.
Condamné à mort le 5 mai 1944 par le tribunal militaire allemand de Nancy (FK 591), Henri Bernier, dont la peine ne fut pas commuée, a été fusillé le 19 mai 1944 au champ de tir de la Malpierre à Champigneulles avec avec ses dix camarades : Henri Bernier, André Camus, Fernand Demange, Charles Guillaume, André Guyon, Médard Hayotte, Henri Maillet, Jean Maquinet et Alphonse Mouilleron.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). — Arch. Dép. Meurthe-et-Moselle, W 927/1. — Thomas Fontaine, Mémorial des cheminots, op. cit., notice BERNIER Henri par Hervé Barthélémy et Thomas Fontaine156, p. .

Delphine Leneveu, Claude Pennetier

Version imprimable de cet article Version imprimable