Né le 5 décembre 1908 à Xeuilley (Meurthe-et-Moselle), fusillé le 19 mai 1944 à Champigneulles (Meurthe-et-Moselle) ; aide ouvrier ajusteur SNCF ; résistant, membre du réseau Résistance-Fer.

Henri Bernier, marié et père de deux enfants, résidait à Jarville (Meurthe-et-Moselle). Il entra dans le réseau Résistance-Fer le 1er octobre 1943.
Il fut arrêté par la police française le 24 février 1944 au dépôt de Nancy (Meurthe-et-Moselle) pour « activité de franc-tireur et sabotage » avec onze autres cheminots et fut interné à la prison Charles-III de Nancy. Ils furent tous remis aux autorités allemandes le 1er mars 1944. Le 3 avril 1944, la direction de la SNCF avait averti la Délégation générale du gouvernement français dans les territoires occupés (DGTO) de son arrestation.
Condamné à mort le 5 mai 1944 par le tribunal militaire allemand de Nancy (FK 591), Henri Bernier, dont la peine ne fut pas commuée, a été fusillé le 19 mai 1944 à Champigneulles avec ses onze camarades.
Sources

SOURCE : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty).

Delphine Leneveu

Version imprimable de cet article Version imprimable