Né le 7 août 1925 à Ballersdorf (Haut-Rhin), fusillé le 17 février 1943 au camp de concentration de Natzweiler, Struthof (Bas-Rhin) ; cultivateur ou étudiant.

À la suite de l’annexion de fait de l’Alsace en 1940 et du décret instituant le service militaire obligatoire dans la Wehrmacht en août 1942, Justin Brungard tenta de passer en Suisse avec dix-sept autres jeunes hommes, dont Camille Abt, au cours de la nuit du 12 au 13 février 1943. Mais arrivés à la frontière, ils furent surpris par des gardes-frontière allemands. Il s’en suivit un échange de coups de feu, entraînant la mort d’un fonctionnaire allemand et de trois Alsaciens. Justin Brungard fut arrêté le lendemain et condamné à mort, avec douze de ses compagnons, le 16 février 1943 par le Sondergericht (tribunal d’exception) à Strasbourg pour avoir « tué un garde-frontière en tentant de passer la frontière suisse par la force dans le but de se soustraire au service militaire obligatoire » (§ 5 KSSVO), bien que l’auteur du coup de feu mortel n’ait pu être identifié. De plus, le tribunal estima que, bien que Justin Brungard fût âgé de moins de dix-huit ans lors des faits, il devait être considéré comme ayant la majorité pénale en raison de son « développement psychique et mental ». Transféré au camp de sûreté de Schirmeck (Bas-Rhin), il a été fusillé le 17 février au matin dans la sablière du camp de Natzweiler, Struthof.

Frédéric Stroh

Version imprimable de cet article Version imprimable