Né le 9 avril 1918 à Brest (Finistère), fusillé le 14 octobre 1942 à Morlaix (Finistère) ; ouvrier des PTT ; militant communiste ; résistant, membre des FTPF.

Jean Kérautret
Crédit : Gildas PRIOL
Jean Kérautret était le fils de François Kérautret, tapissier, responsable de la CGTU et du Parti communiste dans la région brestoise. Membre des Jeunesses communistes en 1936, Jean Kérautret, tapissier selon Eugène Kerbaul, fut un des créateurs du cercle Henri Barbusse de Brest dont il devint le trésorier adjoint. Il accomplit son service militaire en 1937. Démobilisé au printemps 1941, célibataire, il exerçait la profession de monteur aux PTT à Brest.
Il entra alors dans la résistance communiste brestoise au sein des structures de l’Organisation spéciale (OS) et FTPF au sein du groupe Pierre Corre. Il fut en liaison avec Simone Bastien*, chargée de réorganiser les Jeunesses communistes clandestines.
Arrêté le 31 août 1942 à Morlaix, il fut incarcéré dans cette ville. Condamné à mort par le tribunal militaire allemand de Quimper (FK 752) pour « intelligence avec l’ennemi et voies de fait », il a été fusillé le 14 octobre 1942 à Morlaix.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, Liste S1744 (Notes Jean-Pierre Besse). – J.-P. Besse, T. Pouty, Les fusillés (1940-1944), op. cit. – Brewalan Biger, Jean-Pierre Sudre, Les fusillés du Finistère (1940-1944), mémoire de master, UBO, 2011. – Eugène Kerbaul, 1 270 militants du Finistère (1918-1945), IRM Bretagne, 1985.

Alain Prigent, Serge Tilly

Version imprimable