Né le 13 mai 1914 à Alger (Algérie), fusillé le 18 août 1943 à Bastia (Corse, Haute-Corse) suite à une condamnation à mort par le tribunal militaire italien de la VIIe Armée ; membre des services de renseignements militaires français ; officier radio de la mission Pearl Harbor.

Pierre Griffi
Fils de Don Jean originaire de Poggio-di-Nazza (Corse) et de Pauline Didier, savoyarde , Pierre Griffi demeurait à Alger sa ville natale. L’appartenance politique de Pierre Griffi est incertaine : Maurice Choury et ses amis de la résistance corse le présentent comme un militant communiste et même comme combattant en 1936 en Espagne. Mais Toussaint Griffi, qui a fait partie de la même mission, a affirmé que son cousin n’avait jamais adhéré au PCF. Il a même alerté le préfet de la Corse qui n’a pas tranché. Pierre Griffi adhéra sans doute en tout cas au PCF clandestin en Corse en 1943. Il y arriva avec la mission Pearl Harbour commandée par Roger de Saule, le 14 décembre 1942. Spécialiste radio, il transmit à Alger 270 messages. Il permit le torpillage d’un transport italien, le Francesco Crispi, et quand les autres membres de Pearl Harbour repartirent à Alger en avril, il choisit de rester malgré le danger. Il changeait fréquemment de domicile mais fut victime d’un repérage gonio et fut arrêté par l’OVRA la police secrète italienne,dans la banlieue d’Ajaccio le 11 juin 1943. Torturé sans obtenir d’aveux, puis jugé le 16 août après deux mois d’instruction, condamné à mort par le tribunal militaire italien de la VIIe Armée, siégeant à Bastia, il a été fusillé le 18 août 1943 dans cette ville.
Reconnu Mort pour la France, il est titulaire, à titre posthume, de la médaille militaire pour faits de guerre, de la croix de guerre avec palme, et de la médaille du mérite décernée par le président des États-Unis Harry Truman.Il a été homologué lieutenant FFI.
Sa mémoire est particulièrement honorée en Corse.
Un monument avec plaque et buste le représentant perpétue sa mémoire au Square Pierre Griffi, près de la gare à Ajaccio. Son nom figure sur les monument aux morts de Bastia, Poggio-di-Nazza, Lugo-di-Nazza, et sur la stèle commémorative de la ville de Corte. Depuis la Libération, la place principale de la commune de Vero près d’Ajaccio (Corse-du-Sud) porte son nom. À Ramatuelle (Vaucluse) le nom de Pierre Griffi est gravé sur le Monument commémoratif mémorial des services spéciaux.
Ses compagnons Toussaint Griffi et Laurent Preziosi ont évoqué son courage exemplaire dans leur livre Première mission en Corse occupée.
Une chanson lui a été dédiée par le groupe polyphonique A Filetta.
Sources

SOURCES : Stato Maggiore Esercito, Ufficio Storico, Roma. tribunale militare di Guerra del lVII corpo d’Armata. Sentenze. (26 mars 1943. – 28 août 1943). – Sias Virginio, Il controspionaggio italiano in Sardegna e Corsica. – 1943, editrice S’Alvure di S. Pulisci, Oristano, 1991, 154 p. – Griffi Toussaint, Preziosi Laurent, Première mission en Corse occupée, Paris, L’Harmattan, 1988, 190 p. – Brooks Richards (Sir), Flottilles secrètes, Le Touvet, Éd. MVD, 2001. – Silvani Paul, La Corse dans la Seconde Guerre mondiale, Éd. Albiana, Ajaccio, 2000.— Notes Annie Pennetier . — MemorialGenweb.

Hélène Chaubin

Version imprimable de cet article Version imprimable