Né le 14 juillet 1893 à Marseille (Bouches-du-Rhône), fusillé le 9 mai 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; expert-comptable ; résistant gaulliste membre du réseau Cincinnatus.

Marié, François Colomer demeurait 1 villa Dancourt à Paris (XVIIIe arr.). Rallié au général de Gaulle en avril 1941, il était membre du réseau Cincinnatus qui aidait des femmes et des hommes à franchir la ligne de démarcation. Dénoncé par Émilien E, il fut arrêté le 10 novembre 1941.
Incarcéré à Fresnes, il comparut le 28 avril 1942 devant le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.). Condamné à mort deux fois, la première fois pour « aide à l’ennemi », la seconde fois pour « espionnage », il fut passé par les armes le 9 mai 1942 à 12 h 15 au Mont-Valérien.
Le secrétariat général aux Anciens Combattants lui attribua la mention « Mort pour la France » le 22 février 1945. Après la Libération le réseau Cincinnatus ne fut pas homologué.
Sources

SOURCES : Arch. PPo., 77W 2129. – DAVCC, Caen, Boîte 5/B VIII 3, Liste S 1744 (Notes Thomas Pouty). – F. Marcot (sous la dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, R. Laffont, 2006. – Site Internet Mémoire des Hommes.

Daniel Grason

Version imprimable de cet article Version imprimable