Né le 12 juillet 1913 à Calais (Pas-de-Calais), fusillé le 27 août 1943 à Bondues (Nord) ; employé au bureau de bienfaisance ; résistant (réseau Alibi Jean de Vienne).

Fils de Marcel Follet, cimentier, et de Laure Duflos, sans profession, Daniel Follet fut adopté par la Nation le 28 novembre 1925. Il s’était marié le 5 décembre 1933 à Coulogne (Pas-de-Calais) avec Marthe Degardin, et était père de deux enfants. Domicilié à Calais, il y fut arrêté par la GFP (Geheimfeldpolizei), le 6 novembre 1942, pour secours à soldat anglais. Il était membre du réseau Alibi Jean de Vienne depuis juillet 1940, chargé d’aider les soldats britanniques à passer la ligne de démarcation. D’autres membres du réseau furent arrêtés à la même époque : Henri Béraet, Alphonse Huyghes, Pierre Puis et William Scharp.
Traduit devant le tribunal de la Luftwaffe de Lille (Nord), Daniel Follet a été condamné à mort le 17 février 1943. Interné à la prison de Loos-lès-Lille (Nord), il a été fusillé avec ses camarades par un peloton d’exécution allemand au fort de Bondues, le 27 août 1943.
Sources

SOURCES : DAVCC, B VII 0667 (Notes Thomas Pouty). – État civil.

Frédéric Stévenot

Version imprimable