Né le 20 décembre 1918 à Kerlaz (Finistère), fusillé le 31 juillet 1944 à La Roche-Maurice (Finistère) ; cultivateur ; résistant FFI.

Cimetière de Kerlaz
Fils naturel de Marie Marchadour, légitimé par le mariage de sa mère et de François Marie Brouquel le 26 octobre 1924 à Kerlaz, Joseph Brouquel, célibataire était domicilié dans sa commune natale. Il fut arrêté le 21 juillet 1944 à Kerlaz par un commando de parachutistes allemands de Landerneau. Il était résistant au Bataillon FFI Douarnenez depuis le 28 mai 1944 et faisait partie d’un groupe de l’ORA dirigé par Henri Guéguen. Les Allemands connaissaient ce groupe et lui tendirent un piège : un jeune para se fit passer pour un Lorrain enrôlé de force et obtint des vêtements et des faux papiers. Le 1er juillet une rafle fut organisée et sept personnes arrêtées. Le 21 et le 29 juillet, d’autres rafles permirent d’arrêter quatres autres résistants dont Brouquel.
Furent pris dans la même affaire Thomas Le Moan, Pierre Lucas, Joseph Boulic, Alain Strullu et Henri Gueguen.
Détenu au Préventorium de Kerlaz, il fut condamné à mort par le tribunal militaire de Landerneau le 31 juillet 1944 puis exécuté le jour même à La Roche-Maurice.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). — Association « Château et patrimoine rochois ». — État civil.

Version imprimable