Né le 29 juin 1887 à Blainville-sur-l’Eau (Meurthe-et-Moselle), fusillé le 24 octobre 1941 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; notaire ; résistant réseau Hector.

Paul Keller
Musée de la résistance nationale
Il était le fils d’Edouard Keller, âgé de 38 ans à sa naissance, employé au chemin de fer de l’Est et d’Antoinette Mayer. Il se maria le 16 septembre 1911 à Blainville-sur-l’Eau (Meurthe-et-Moselle) avec Marie Antoinette Lercher. Père d’un enfant, il résidait à Toul (Meurthe-et-Moselle) où il exerçait la profession de notaire. Ancien combattant 1914-1918, il fut à nouveau mobilisé le 24 août 1939 comme lieutenant d’infanterie puis libéré en avril 1940 pour raison de santé (il avait alors cinquante-trois ans). Il s’engagea dans la Résistance dès le mois de novembre 1940 au sein du réseau Hector. Ce réseau de résistance français fut implanté en zone occupée par le colonel Alfred Heurteaux et subventionné par le Service de renseignements de l’armée de l’air française (SR Air) ; il recrutait parmi les anciens militaires et les anciens combattants et se destinait au départ avant tout à la collecte de renseignements. Paul Keller appartenait aussi au réseau Buckmaster, en relation avec les services secrets britanniques du Special Operation Service (SOE), en référence à Maurice Buckmaster, chef de la section française du SOE.
Paul Keller participa à un réseau d’évasion vers la zone libre mais le réseau fut dénoncé et Paul Keller, arrêté à son étude le 21 juin 1941 à Toul par les autorités allemandes, fut accusé d’« intelligence avec l’ennemi, aide à l’évasion de prisonniers français et propagande gaulliste ». Il fut d’abord détenu au secret à la prison Charles-III de Nancy puis fut transféré avec ses camarades à la prison parisienne du Cherche-Midi à Paris. Il fut jugé le 11 octobre 1941 en même temps qu’Alfred Henry du même réseau, par le tribunal militaire attaché au commandement du Gross Paris. Il fut condamné à mort et exécuté avec Alfred Henry, le 24 octobre 1941, au Mont-Valérien par les autorités allemandes.
La mention Mort pour la France lui fut attribuée par le secrétariat général aux Anciens Combattants le 23 mai 1947, et le 23 février 1949 il fut cité à l’ordre de l’armée et décoré de la Croix de guerre avec palme. Son nom figure sur le monument commémoratif du Mont-Valérien à Suresnes, et sur le tableau commémoratif de la collégiale Saint-Gengoult à Toul : "Espérance de Toul - In memoriam 1939 - 1945".
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). — Site Mémoire des Hommes, base des fusillés du Mont-Valérien. — Mémorial GenWeb, monument commémoratif (Relevé no 50333) et fiche bp-2336152 — État civil.

Michel Thébault

Version imprimable