Née le 21 février 1913 à Paris, exécutée le 12 février 1943 à Hambourg (Allemagne) ; militante communiste ; résistante, chimiste de l’Organisation spéciale (OS) puis des FTPF.

France Bloch
France Bloch ave Frédéric Serazin
France Bloch était la fille de l’écrivain Jean-Richard Bloch et de Marguerite Bloch. Elle avait un frère (Michel Bloch) et deux sœurs (Marianne et Claude). Les premières années de sa vie s’écoulèrent à la campagne, à la Mérigote, près de Poitiers, jusqu’à l’installation de ses parents à Paris. Elle passa ensuite deux ans au collège Sévigné à Paris, puis elle poursuivit ses études secondaires à Poitiers, ses parents s’étant réinstallés en 1929 à la Mérigote. Elle passa son baccalauréat (série philosophie, puis l’année suivante celui de mathématiques). Elle y prépara une licence de chimie. En octobre 1934, elle entra au laboratoire du professeur Marquis à l’Institut de chimie et se lia à Marie-Élisa Nordmann. Elle y poursuivit jusqu’à la guerre des travaux de recherche.
La guerre d’Espagne la convainquit de la nécessité de s’engager dans le combat antifasciste. Elle adhéra au Parti communiste dans le XIVe arrondissement et milita activement pour le soutien aux républicains espagnols et contre la non-intervention gouvernementale et le traité de Munich.
En mai 1939, elle épousa Frédo Sérazin, militant communiste de la métallurgie dont elle eut un fils, Roland, en janvier 1940. Son mari fut arrêté en février 1940. France, que l’administration de Vichy avait écartée comme juive et communiste de son laboratoire, donnait des leçons particulières pour vivre.
En 1941, elle entra dans un des premiers groupes de Francs-tireurs et partisans (FTP) dirigé par Raymond Losserand. Elle installa un laboratoire rudimentaire dans un logement de deux pièces, place du Danube (XIXe arr.) et fabriqua pour ses camarades des bombes et des explosifs qui furent utilisés dans la lutte armée. Elle était en liaison avec le groupe de l’Ouest commandé par le colonel Fabien et le colonel Dumont.
Le 16 mai 1942, elle fut arrêtée par la police française en raison de ses activités. Après des interrogatoires effroyables et quatre mois de cellule, elle comparut devant un tribunal spécial allemand et fut condamnée à la peine de mort comme ses dix-huit co-inculpés en septembre 1942. Ces derniers furent immédiatement exécutés. France Bloch fut déportée en Allemagne le 10 décembre 1942 et enfermée dans une forteresse à Lübeck-Lauerhof. Le 12 février 1943, elle fut guillotinée à Hambourg dans la cour de la maison d’arrêt Holstenglacis, quelques jours avant son trentième anniversaire.Elle avait écrit trois lettres, la copie de deux d’entre elles ont été conservées par une surveillante de la prison puis recueillie par une mission de rapatriement du Ministère des prisonniers et déportés, la troisième est restée introuvable.
Enterrée au cimetière Friedhof Ohlsdorf de Hambourg, sa dépouille mortelle fut transférée en 1958 au cimetière de l’ancien camp de concentration de Natzwiller-Struthof (Bas-Rhin).
Son frère Michel, arrêté en 1941, fut délivré par les FFI à la Libération.Son mari Frédo fut assassiné par la Milice et la Gestapo à Saint-Etienne, le 15 juin 1944.
Sa grand-mère Louise Laure Bloch, raflée à Néris-les-Bains le 12 mai 1944, mourut à Auschwitz le 4 juin 1944.
À titre posthume, France Bloch-Sérazin a été décorée de la Légion d’honneur, de la Médaille de la Résistance et de la Croix de guerre.
France Bloch-Sérazin est commémorée à Poitiers où la salle polyvalente du lycée Victor Hugo et un collège portent son nom qui est également gravé sur une plaque commémorative apposée dans l’université. A Paris, le 4 décembre 2008, une plaque a été apposée sur la façade de l’immeuble 1 avenue Debidour (XIXe arr.) rappelant que " dans cet immeuble France-Bloch-Sérazin avait installé un laboratoire où elle fabriquait des explosifs pour la résistance".
En 1988, la municipalité de Hambourg fit apposer une plaque devant la prison, sur le mur du square Kleine Wallanlagen, en mémoire de France Bloch-Sérazin et de Suzanne Masson, guillotinées (en allemand "mit dem Fallbeil enthauptet") rappelant leur combat contre le nazisme. Dans un baraquement préfabriqué transformé en musée, une photo de France Bloch-Sérazin a été exposée et dans le hall de la mairie de Hambourg un panneau lui a été consacré en 2013, dans le cadre de l’exposition "Hier+Jetz" sur les personnes condamnées et exécutées pendant la période nazie.
Deux films lui ont été consacrés : en Allemagne en 1993, "France-Bloch-Sérazin. Auf den Spuren einer mutigen Frau" (Sur les traces d’une femme courageuse) scénario de Hans et Gerda Zorn, réalisation Loretta Walz, et en France en 2005, "France Bloch et Frédo Sérazin", film de Marie Cristiani.
Sources

SOURCES : Lettres de Fusillés, 1958. – « France Bloch-Sérazin », brochure éditée en 1947 par l’Union des femmes françaises (réédition en 1969), 47 p. – La Voix du 14e, juillet et août 1945, 16 novembre 1946. – Les femmes dans la Résistance. Actes du Colloque tenu à l’initiative de l’Union des femmes françaises, La Sorbonne, 22 et 23 novembre 1975, Éd. du Rocher, 1977. – Gerda Zorn und Gertrud Meyer, Frauen gegen Hitler, Frankfurt/Main, Röderberg-Verlag, 1974. Reprint Berlin, Elefantenpress, 1984. – France Bloch-Sérazin, Lebensstationen einer französischen Wider standskämpferin, Herausgegeben von Hans Zorn, Hamburg, Konkret Literatur Verlag, 1986. — Alain Quella-Villéger, France Bloch Une femme en résistance (1913-1943), Des Femmes-Antoinette Fouque, Paris, mars 2019. — Marie Cristiani, Mon Fredo, Arcane 17, Paris, 2018 — Renseignements communiqués par Madame Antoinette Touchet. – Témoignage de Claude Bloch. — Notes Annie Pennetier.

Dominique Loiseau, Jacques Omnes, Nicole Racine

Version imprimable