Né le 22 mars 1913 à Gallardon (Eure-et-Loir), fusillé le 30 mars 1944 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; boucher ; résistant, membre des FTPF d’Eure-et-Loir.

Fils de Charles Martin, boucher, et de Raymonde Pauline Ricard, sans profession, Pierre Martin résidait à Gallardon et y exerçait la profession de boucher.
Engagé dans la Résistance au sein des Francs-tireurs et partisans français (FTPF), il fut arrêté à une date inconnue et emprisonné sous l’accusation d’« activité de franc-tireur ».
Il fut jugé le 15 mars 1944 par le tribunal militaire allemand de Chartres (tribunal de la Feldkommandantur 544) en même temps que plusieurs camarades du même groupe FTP (dont Maurice Honoré, René Le Gall et Bernard Léger), et fut condamné à mort.
Incarcéré à la prison de Fresnes (Seine, Val-de-Marne), il a été fusillé avec ses 31 camarades, le 30 mars 1944, au Mont-Valérien par les autorités allemandes.
Il fut inhumé au cimetière d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne). La mention « Mort pour la France » lui a été attribuée par le secrétariat général des Anciens Combattants en date du 20 avril 1945.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Site Internet Mémoire des Hommes. — État civil.

Michel Thébault

Version imprimable de cet article Version imprimable