Né le 30 octobre 1914 à Messein (Meurthe-et-Moselle), fusillé comme otage le 12 janvier 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; mécanicien ajusteur ; résistant.

Domicilié à Méréville (Meurthe-et-Moselle), Lucien Travers s’engagea dans le Front national, mouvement de Résistance créé et dirigé par le Parti communiste français. Il était membre du même groupe qu’André et Charles Heinry.
André avait remis des tracts à Charles Heinry, lequel devait en assurer la diffusion. Plusieurs exemplaires furent retrouvés sur la route de Chaligny à Maron. Une enquête fut ouverte et Charles Heinry fut arrêté le 13 novembre 1941 par les gendarmes français ; Lucien Travers fut arrêté à son tour le 19 novembre en Meurthe-et-Moselle par la police française, et incarcéré à la prison Charles-III de Nancy.
Remis aux Allemands, il fut jugé le 4 décembre 1941 pour « propagande communiste et intelligence avec l’ennemi » par le tribunal militaire de la Feldkommandantur 591 de Nancy. De manière surprenante, en dépit de la gravité de l’incrimination pour l’occupant, le tribunal lui épargna la peine de mort et le condamna aux travaux forcés à perpétuité, ainsi qu’à Charles Heinry, jugé le même jour.
Le 22 décembre 1941, Lucien Travers fut transféré à la prison de Fresnes (Seine, Val-de-Marne). Il aurait été désigné comme otage en représailles à l’attentat de Dijon du 28 décembre 1941, au cours duquel Lucien Dupont et le militant italien Armand Tosin, membres de l’Organisation spéciale (OS), abattirent un officier allemand rue Victor-Hugo. Il fut passé par les armes le 12 janvier 1942 au fort du Mont-Valérien, avec Charles Heinry.
Lucien Travers fut reconnu « Mort pour la France » par décision de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC) de Caen en date du 25 novembre 2011. Son nom est inscrit sur le monument commémoratif du Mont-Valérien et sur le monument aux morts de Méréville.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb.

Dominique Tantin

Version imprimable de cet article Version imprimable