Né le 10 septembre 1915 à Tarbes (Hautes-Pyrénées) fusillé le 27 juin 1944 à Castelmaurou (Haute-Garonne) ; plâtrier ; résistant de Lourdes (Hautes-Pyrénées) ; militant du Parti communiste clandestin ; membre du Front national ; chef des FTPF "légaux" de Lourdes.

Roger CAZENAVE
Cliché communiqué par Jean-Daniel Gaudais. Fonds du Groupe de recherches des fusillés du bois de la Reulle, Gragnague Castelmaurou
Roger Cazenave naquit à Tarbes. Il était le fils de Pierre Cazenave et d’Elvire Laclaverie. Plâtrier, il se maria le 22 janvier 1937 à Lourdes avec Marie-Louise Dulout. Le couple était installé à Lourdes. Nous ignorons si Cazenave adhérait au PC avant 1939. En 1944, les témoignages de deux de ses camarades du Front national de Lourdes consignés dans son dossier de Caen indiquent qu’il adhérait au PC clandestin et au Front national. Toujours d’après la même source, il était le chef du groupe des FTPF légaux de Lourdes et assurait la liaison entre cette ville et la maquis du bois de Boustut.
Résistant, il fut arrêté dans sa ville le 5 juin 1944, sans doute après dénonciation. Il fut transféré à la prison Saint-Michel de Toulouse. Il en fut extrait le 27 juin 1944 par des éléments du KDS de Toulouse de la Sipo-SD afin d’être remis à des soldats de la 2e compagnie de réserve de la division Das Reich. Il fut exécuté dans le bois de la Reulle, commune de Castelmaurou avec quatorze autres autres détenus. Roger Cazenave, fit partie des quinze fusillés de Castelmaurou le 27 juin 1944 avec Claude Charvet, Noël Pruneta* ; Charley de Hepcée* ; Marcel Mercié*, 32 ans ; Roger Toubiana* ; Jean-Louis Belvezet, 28 ans : Jean-Marie Ducasse*, 42 ans ; Raoul Sarda*, 43 ans ; Joseph Guillaut*, Marcel Joyeux*. Le seizième prisonnier, le Catalan Jaume Sodevila* réussit in extremis à échapper au peloton d’exécution, étant le seul survivant de cette tuerie.
Une monument érigé sur le lieu de la fusillade, dans le bois de la Reulle, en perpétue le souvenir. Le nom de Roger Cazenave y figure. Il existe à Lourdes un boulevard Roger-Cazenave. Son nom figure également sur le monument aux morts de Lourdes.
Voir : Lieu d’exécution : Castelmaurou (Haute-Garonne), fusillés sommaires du Bois de La Reulle (ou Reule).
Sources

SOURCES : AVCC de Caen. — Le Petit Journal, édition du Toulousain, 8 août 2014.— Cd-Rom AERI, Haute-Garonne, Michel Goubet, fiche communiquée par Georges Portalès. — Informations communiquées par Jean-Daniel Gaudais (courriel du 29 janvier 2016). — MemorialGenMeb, site consulté le 20 décembre 2015.

André Balent

Version imprimable