Né le 28 avril 1920 à Paris (Seine), exécuté sommairement le 1er août 1944 au camp de Souge (Gironde) ; résistant, membre du mouvement Ceux de la Libération.

Fils d’Édouard Froment, ébéniste, et de Julie Lafitte, Jacques Froment était domicilié au 205 rue Marcadet à Paris et était célibataire.
Il s’engagea au mois de janvier 1942 dans le mouvement Ceux de la Libération, au sein du service de renseignement et comme chef de liaison et de sécurité.
Sous le pseudonyme « Artois » ou encore « Marc » il appartint aux Corps francs dans la région bordelaise.
Quatre jours après les évènements de Targon, il fut arrêté puis torturé et fusillé le 1er août 1944 au camp de Souge.
Sources

SOURCE : Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op.cit.

Delphine Leneveu

Version imprimable