Né le 1er juillet 1888 à Faedi (Italie), exécuté sommairement le 22 août 1944 à Villeurbanne (Rhône) ; armurier ; résistant FTPF.

Titta Cois
Cliché fourni par la famille.
Titta Coïs (de son vrai prénom Jean-Baptiste) appartenait à une famille italienne et nombreuse de onze garçons. Après la Première guerre, il travailla à nettoyer les tranchées puis alla dans l’Ain sur les chantiers des barrages hydro-électriques.Serrurier, plombier, il travaillait le métal.
Antifasciste italien,il utilisa ses connaissances d’ ouvrier armurier pour réparer les vieux pistolets des agents FTP-MOI. Il fabriqua des bombes au moyen de morceaux de fer et de fonte de récupération et confectionna une trentaine de crampons à trois pointes pour crever les pneus des véhicules allemands.
Arrêté sur dénonciation le 21 août lors d’une livraison de matériel, il fut conduit à l’hôpital Frédéric Faÿs de Villeurbanne puis exécuté par les troupes allemandes le 22 août 1944 dans une décharge de l’impasse Faÿs, près du lycée Faÿs à Villeurbanne. Il fut reconnu à l’aide de son pantalon de charpentier resérré aux chevilles.
Son nom est inscrit sur les monuments aux morts de Villeurbanne (prénom Baptiste) et de Vaux-en-Velin (prénom Tita).
Sources

SOURCES : Clichés et renseignements fournis par Jean-Luc de Ochandiano. — Bruno Permezel, Résistants à Lyon, Villeurbanne et aux alentours, 2824 engagements, Éditions BGA Permezel, 2003

Claude Pennetier, Annie Pennetier

Version imprimable