Né le 6 juin 1925 à Beblenheim (Haut-Rhin), exécuté sommairement le 30 juin 1944 à Voisines (Haute-Marne) ; lycéen ; résistant FFI.

Louis Schenck
Crédit : MémorailGenWeb
Fils de Robert et de Louise Schenck, instituteurs, Louis Schenck, appartenait à une famille d’origine alsacienne – comme d’ailleurs trois de ses camarades du maquis de Voisines. Il était le descendant d’une famille d’enseignants alsaciens très attachés aux valeurs de la laïcité. Après le mariage des parents, la famille s’installe à Beblenheim, là où naît Louis. L’invasion allemande les amène à s’installer à Dijon. Le jeune Louis passe fréquemment ses vacances à Nesle, chez les Thomassin. C’est là qu’il se trouve en juin 1944 après avoir obtenu son baccalauréat.
Son ami Faessel et lui, se joignent à ceux qui partent au maquis de Voisines. Ils arrivent donc avec le groupe de Dijon. Les jeunes maquisards furent encerclés puis attaqués par 800 soldats, en l’occurrence des « cosaques » (Osttruppen) de la Wehrmacht. Neuf FFI périrent au cours du combat et six furent capturés et exécutés à la Combe-à-L’Asne, dont Louis Schenck.
Son corps repose au cimetière de Voisines avec ceux de trois autres résistants. Les quinze noms sont inscrits sur une plaque et un monument commémoratifs. Son nom est orthographié Schenk sur la plaque commémorative.
Louis Schenck reçut la mention « Mort pour la France ». Il fut homologué au grade d’aspirant FFI et fut décoré de la Croix de Guerre à titre posthume.


Voir Voisines (30 juin 1944)
Sources

SOURCES : SHD-AVCC Caen AC 21 P 149416 (à consulter). — Notes Jean-Pierre Besse et André Grossetête. — Josette et André Grossetête, VOISINES, Juin 44, Chronique d’un massacre annoncé, Langres, Éditions D. Gueniot, 2005. — Musée de la Résistance en ligne, STÈLE À LA MÉMOIRE DES TUÉS DU MAQUIS DE VOISINES (HAUTE-MARNE). — Page web ; Maquisards de France, maquis de Voisines, Haute-marne exterminé par les cosaques. — MémorialGenWeb. — État civil.

André Grossetête, Dominique Tantin

Version imprimable