Le 19 août 1944, l’ordre de soulèvement parisien fut donné. Le Comité local de libération de Clamart décida de s’emparer de la mairie de Clamart, puis d’attaquer les Allemands dans les bois de Clamart, au lieu-dit le Tapis Vert. La riposte fut immédiate et les F.F.I. furent encerclés. Après deux heures de combat, un groupe de 4 résistants (Adalbert Sipos, le brigadier Henri Gros, Georges Lionnet et Michel Weishaar) qui protégeait la retraite furent poursuivis et faits prisonniers au lieu-dit "Soleil Levant" à côté de l’école du jardin parisien ; ils ont été aussitôt fusillés, de même qu’une famille de promeneurs (voir Jean Schmauder)). Adalbert Sipos obtint la mention "Mort pour la France" (21 décembre 1944). Un monument aux morts et une plaque municipale honorent les noms des 14 personnes tuées le 19 août 1944 à Clamart (6 morts au combat, et 8 fusillés).
Bouquet Robert
Cousin Alexis
Gros Henri
Henri Lucien
Kerling Jean-Marie
Lionnet Georges
Maillard Julien
Marchand-Revers Léon
Schmauder Jean
Schmauder Marcelle
Sipos Adalbert
Weishaar Michel
Sources

SOURCES : Arch. Com. Clamart. — Archives du Souvenir Français de Clamart.

Roger Barralis

Version imprimable de cet article Version imprimable