Né le 1er décembre 1911 à Saint Nicolas-lez-Arras (Pas-de-Calais) ; fusillé le 14 mai 1943 à Arras (Pas-de-Calais) ; cheminot ; militant communiste d’Arras ; résistant.

Plaque au Mémorial d’Arras
Fils de Maurice Camphin (père), cheminot, marié à Marie-Thérèse Arrachart, militant communiste arrageois après être passé par les Jeunesses communistes avant la Seconde Guerre mondiale, Maurice Camphin fut arrêté le 30 août 1939 comme son père et condamné à quarante jours de prison pour propagande communiste. Dans la Résistance, sous les pseudonymes d’« Albert » et de « René », il fut le responsable militaire du secteur FTP d’Arras-Lens qui comportait deux groupes armés à Lens et Loos-en-Gohelle. Il organisa notamment l’attaque à la grenade du cantonnement des gardes wallons de Calonne-Liévin le 18 mai 1942, participa, avec Eugène Lespagnol et Léon Doyelle, à l’enlévement dans les mairies de Biache-Saint-Vaast et d’Achicourt près d’Arras de cartes de ravitaillement et de matériel d’impression pour les FTP. Arrêté à Thélus, au retour de cette dernière expédition, dans une embuscade tendue par la gendarmerie française, grièvement blessé et conduit à l’hôpital d’Arras, il fut livré aux Allemands. Interné à la prison d’Arras pendant plusieurs mois, il fut torturé. Condamné à mort par le tribunal militaire allemand FK 670 d’Arras le 30 avril 1943 pour activités communistes, il a été fusillé en même temps que deux de ses camarades de groupe, les mineurs Roger Vermersch (vingt ans) et Auguste Lancelin (trente et un ans), le 14 mai 1943 à 18 h 44 dans les fossés de la citadelle d’Arras.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 4. – Arch. Dép. Pas-de-Calais, M. 5265, M. 51 J 8. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit., p. 45 et 236. – J. Estager, Ami, entends-tu ?, p. 129.

Daniel Hémery

Version imprimable