Né le 20 juillet 1898 au Monastère (Aveyron), tué le 26 août 1944 à Montmorency (Seine-et-Oise, Val-d’Oise) ; chef d’îlot de la Défense passive ; résistant.

Fils de Louis Bédos, fermier, et de Marie Sara Bouloc, sans profession, Gabriel Bédos, chef d’ilot du secteur 7 de la Défense passive rattaché à la Préfecture de Police, membre des Equipes d’urgence du secours national, habitait à Paris (VIIe arr.). Secouriste, le 26 août il fut envoyé de Paris pour accompagner les combattants FFI et l’avant-garde de la 2e D.B. Il fut tué par des éclats d’obus de mortier.
Gabriel Bédos a reçu la mention « Mort pour la France » et fut cité à l’ordre de la Nation, décoré de la Légion d’Honneur et de la Croix de guerre. Son nom figure aux côtés de huit autres résistants sur la plaque commémorative de la mairie de Montmorency dédiée « Aux héros de la Libération de Montmorency tombés sur son territoire en août 1944 », ainsi que sur le monument de la Défense passive au cimetière du Montparnasse à Paris (XIVe arr.), sur les plaques de la mairie du VIIe arrondissement et de l’église Saint-Thomas d’Aquin, et sur la liste des policiers morts pour la Libération de Paris au Musée de la police 4 rue de la Montagne Sainte-Geneviève à Paris (Ve arr.).
Sources

SOURCES : Au cœur de la Préfecture de Police : de la Résistance à la Libération, la Défense passive », Philippe Gesret, 2011. — Site internet GenWeb. — Site internet « La Libération de Paris » de Gilles Primout. — État civil et état civil en ligne cote 4E132-8, vue 4.

Daniel Grason

Version imprimable de cet article Version imprimable