Né le 18 novembre 1900 à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), assassiné le 15 août 1944 à Nice (Alpes-Maritimes) ; policier ; résistant.

Victor Harang était le fils de Victor Alexis, négociant et de Juliette Louise Edeline. Il se maria le 4 juin 1927 à Ancenis (Loire-Inférieure, aujourd’hui Loire-Atlantique) avec Marie Eugénie Bouisson.
Policier à Nice sous l’occupation italienne, il fournissait de fausses cartes d’identité et aidait à se cacher les israélites et les patriotes traqués par la Gestapo. Il devint commissaire central de Menton (Alpes-Maritimes) en 1943 puis président du Comité Local de Libération. Membre du réseau Ajax, créé en juin 1943, il répertoriait les plans des fortifications établies par les allemands sur le littoral de la Côte d’Azur. Se sentant surveillé, il rejoignit le maquis.
De retour à Menton après une dernière mission, il fut arrêté par la Gestapo le 7 juillet 1944. Interrogé il ne dit rien et fut mis au secret aux Nouvelles-Prisons de Nice le 1er août. À l’annonce du débarquement en Provence le 15 août 1944, la Gestapo niçoise sélectionna 23 otages dont Victor Harang, pour être exécutés en représailles. Ces otages furent emmenés en camion dans un terrain vague du quartier de l’Ariane au nord-est de la ville, le long du fleuve Paillon et à leur descente ils furent fusillés les uns après les autres à coups de mitraillette. Victor Harang mourut ligoté avec Paul Guillevin*.
Victor Harang est inhumé au cimetière de Caucade, à Nice. Son nom est inscrit sur la plaque commémorative 1939-1945 des policiers morts pour la France à la caserne Auvare à Nice, sur une plaque au carré des fusillés de l’Ariane, à Nice et sur une plaque commémorative devant le commissariat de Menton (Alpes-Maritimes).
Il fut déclaré "Mort pour la France" le 3 juillet 1947.
Une place de Roquebrune-Cap-Martin (Alpes-Maritimes).est dénommé place commissaire-Harang.
Sources

SOURCES : Robert Girod, Les fusillés de l’Ariane, Ed. Artephis, Cannes 1994. — Internet Wikipédia "Fusillés de l’Ariane". — Mémorialgenweb. — État civil.

J

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable