Plaque commémorative en souvenir des fusillés de 1941 et 1944, apposée en 2011 à l’initiative de l’ANACR-Aisne.

En cet endroit fut abattu par les Allemands Gaston Pinot, premier condamné à mort du département de l’Aisne fusillé le 29 septembre 1941.
C’est aussi là que, le 22 avril 1944, furent exécutés trois membres du groupe FTP Jean-Catelas. Condamnés à mort par le tribunal militaire allemand de Saint-Quentin (FK 602) avec vingt-sept autres résistants (abattus le 8 avril 1944 au stand de tir de La Sentinelle), mais apparemment graciés, ils auraient été rejugés à Laon. Il s’agissait de :
Le texte de la plaque commémorative indique :
« Ici même, à Laon, dans l’ancien stand de tir des Blanc-Monts,
le 9 octobre 1941,
Gaston PINOT,
30 ans, patriote résistant de Courmelles
a été fusillé par les nazis,
le 22 avril 1944,
André DAURIOL, 20 ans, employé SNCF,
Léon ROUSSEL, 23 ans, employé SNCF,
Maurice ISART, 48 ans, employé SNCF,
résistants FTPF du détachement 23 « Gabriel Péri »,
groupe « Jean Catelas » de Fresnoy le Grand - Croix Fonsommes
ont été fusillés par les nazis.
PASSANT, SOUVIENS-TOI !
L’ANACR-AISNE ».
Une cinquième personne a été exécutée à Laon (en dehors d’André Soveaux, qui a été abattu par les GMR dans la cour de la prison, le 19 avril 1944) : Armand Mascret. Son nom ne figure nulle part dans la ville, et on ignore pour l’instant quel est le lieu exact de son exécution.
Sources

SOURCES. Claude Pennetier, Jean-Pierre Besse, Thomas Pouty et Delphine Leneveu (dir .), Les Fusillés (1940-1944), Les Éditions de L’Atelier, 2015. — Plaque commémorative des Blancs-Monts.

ICONOGRAPHIE. Mémorial GenWeb.

Frédéric Stévenot

Version imprimable de cet article Version imprimable