Plaque commémorative en mémoire d’André Soveaux, condamné à mort et fusillé par un peloton de GMR.

Texte de la plaque :

« Le 19 avril 1944, en ce lieu fut fusillé un Résistant Cheminot
René SOVAUX, 20 ans
venu avec trois autres Cheminots délivrer un de leur camarade
condamné à mort, tous du Réseau FTPF de TERGNIER.
Les trois autres Résistants furent transférés à la prison de la
Santé à PARIS, jusqu’à la libération de la Capitale.
Il s’agit de BEGUIN Henri 20 ans,
GOBEAU René 19 ans,
FAUQUET Pierre, 23 ans.
Tous Héros de la Résistance. Passants ne les oubliez pas ».

En plus d’erreurs sur le nom d’André Soveaux, cette version des faits ne correspond pas à celle qui est donné par Christian Carlier. Les quatre FTPF viennent chercher non pas un de leurs camarades, mais six, et aucun n’est condamné à mort.
Ils se séparent en deux groupes : Henri Béguin ; René Gobeaux réussissent à pénétrer dans la prison, sous la menace de leurs armes, tandis que Pierre Fauquet et André Soveaux restent à l’extérieur. Les deux premiers sont bientôt maîtrisés par les gardiens, qui alertent la police et la gendarmerie.
Six policiers arrivent, surprennent les deux FTPF restés à l’extérieur, lesquels s’enfuient dans la rue Saint-Martin. Mais ils sont bientôt bloqués par des sentinelles allemandes, et, pris entre deux feux, ne peuvent que se rendre.
Sources

Frédéric Stévenot

Version imprimable de cet article Version imprimable