Né le 24 décembre 1920 à Gonfaron (Var), abattu le 5 avril 1944 à La Braïsse (Alpes-de-Haute-Provence), maquisard au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP).

Originaire de Gonfaron, mais résidant à La Valette, dans la banlieue de Toulon, Albin Roux était ajusteur, peut-être à l’arsenal de Toulon. Membre de la Jeunesse communiste, réfractaire au Service du travail obligatoire (STO), il rejoignit les maquisards du camp Faïta le 15 juillet 1943 alors qu’ils stationnaient dans les Maures (Var), au-dessus de son village d’origine et fut immatriculé sous le numéro 61173. D’autres sources donnent le matricule 61035 ce qui supposerait une arrivée au maquis encore plus précoce. Il fut arrêté par les gendarmes aux Arcs (Var), le 25 août 1943, avec Gilbert Kersaho, autre maquisard de La Valette (voir ce nom, lui aussi tué plus tard au maquis) pour port de fausses pièces d’identité. Conduits au lycée de Toulon qui servait au rassemblement des partants vers l’Allemagne, ils partirent en train le lendemain, mais s’évadèrent le 31 à Marseille et, après s’être cachés à La Seyne (Var), retournèrent au maquis. Albin Roux suivit les pérégrinations de ce maquis devenu 1e compagnie FTP de Provence dans le Var, puis les Basses-Alpes. Il fut tué, ainsi que sept de ses camarades, lors de l’attaque de son détachement à La Braïsse, non loin de Digne, le 5 avril 1944.
Une stèle a été érigée à leur mémoire après la Libération. Le nom d’Albin Roux a été donné à une rue de Gonfaron le 20 septembre 1944 et à une rue de La Valette, le 11 avril 1945.
Sources

SOURCES : Témoignages. — La Liberté du Var, 20 octobre 1944. — Archives ANACR Var. — Arch. Dép. du Var, 1W74. — CDIHP, Le Mémorial de la Résistance et des combats de la Seconde Guerre mondiale dans les Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Digne, 1992. — Jean Garcin, De l’armistice à la Libération dans les Alpes de Haute-Provence 17 juin 1940-20 août 1944, Digne, 1983 et rééd. 1990.

Jean-Marie Guillon

Version imprimable