Né le 13 avril 1921 à Le Heaulme (Seine-et-Oise), exécuté sommaire le 11 juin 1944 à Saint-Julien-du-Verdon (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) ; étudiant ; mouvement Combat, Groupes francs (GF) des Mouvements unis de la Résistance (MUR), Corps francs de la Libération (CFL).

Élève du lycée Masséna de Nice (Alpes-Maritimes), où sa famille s’était installée en 1934, Jacques Adam s’engagea activement dans la Résistance dès ses débuts et avec l’assentiment de ses parents. Il commença par diffuser du matériel de propagande improvisé avec quelques camarades du lycée, avant de pouvoir se procurer une ronéo. Ils éditèrent une petite feuille intitulée Le Franc Tireur de Nice, tout en commençant à prendre pour cibles les vitrines des « collabos ». Jacques Adam fut condamné à six mois de prison en 1941 et fut exclu du lycée. À sa sortie de prison, il s’inscrivit à l’école de navigation de Nice afin de préparer le concours d’officier radio. Il créa un groupe de Résistance dans l’école. Il adhéra aux Compagnons de France, qui, selon Jacques Peirani, avaient « bonne réputation » afin de recruter. Il eut ainsi contact avec Jean Montiès Labarthe, chef Compagnons et futur responsable régional R2 du Service Maquis en 1943. Il connaissait aussi Pierre Merli, qui fut l’un des fondateurs du Mouvement national des prisonniers de guerre et déportés (MNPGD), qui fréquentait la maison familiale. Membre des Jeunes de Combat, il était le chef d’un groupe de quinze membres, puis fut intégré dans les Groupes francs des MUR dirigé par son ami Peirani. Il fut interpelé et gardé à vue par la police française, avec lui et quatre de leurs amis, du 12 au 15 décembre 1942, car l’occupant italien recherchait les auteurs d’attentats. Leur GF fut affecté par la répression à l’été 1943 et Jacques Adam se mit au vert. Revenu à Nice, il intégra les CFL en liaison avec leur chef départemental, Cousin Parent, et participa à diverses actions. Conformément aux ordres reçus, il participa à la mobilisation résistante qui suivit le débarquement du 6 juin 1944 en Normandie et rejoignit le maquis du Férion, sur les hauteurs de Nice. Il fut fait prisonnier avec quatre de ses camarades – Césaire Aubé*, Gilbert Campan*, Roger Demonceau*, Francis Gallo* - le 9 juin vers Aspremont (Alpes-Maritimes), en redescendant du maquis, qui venait d’être dissout. D’après Jean Cousin, il aurait refusé de redescendre et serait resté au maquis plus longtemps que les autres groupes. Les circonstances de leur arrestation sont peu claires. Le groupe aurait été arrêté par les francs-gardes de la Milice participant à l’encerclement du massif du Férion et remis aux Allemands, à moins qu’il ne l’ait été par la Feldgendarmerie. Interrogés et torturés à la villa Trianon, puis emprisonnés aux Nouvelles prisons de Nice, les jeunes gens furent embarqués à bord d’un camion avec d’autres prisonniers, le 10 juin au soir. En cours de route, deux prisonniers (Pierre Appollin* et Joseph Graffino*) furent abattus à Bar-sur-Loup (Alpes-Maritimes). Les autres, onze au total, furent exécutés dans une prairie, aux abords de Saint-Julien-du-Verdon, en représailles après le meurtre du chef de l’antenne de la Sipo-SD de Digne (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) par la Résistance. Les corps des victimes furent découverts par le cantonnier. Jacques Adam était l’un des deux fusillés encore vivants, avec Aimé Magnan*. Ils furent portés dans la chapelle dominant le village. L’un d’eux fit le récit de leur calvaire avant de mourir. Jacques Adam fut élevé au grade de capitaine FFI et reçut la Légion d’honneur à titre posthume.
Le monument commémoratif aux fusillés de Saint-Julien fut inauguré le 22 juillet 1945 par les autorités des Alpes-Maritimes et des Basses-Alpes. Une plaque a été apposée sur la chapelle où les blessés avaient été recueillis. Une plaque avait été placée en 1946 sous le préau du lycée Masséna en mémoire des cinq lycéens dont le nom a été donné à une salle de classe. Une autre plaque a été inaugurée dans la cour de l’établissement en 1994. Leurs noms figurent sur une stèle érigée en 1998 par la Ville de Nice dans un jardin aménagé au sud-est du cimetière de Caucade et nommé « square des fusillés de Saint-Julien du Verdon ». Une plaque honorant Jacques Adam a été apposée sur la façade de l’immeuble où il logeait, au 26 rue Assalit en 1996.
Sources

SOURCES : Arch. Pétré, Livre noir pour la XVe Région, Service des recherches de crimes de guerre ennemis, 4 juillet 1945. — Wikipédia « Fusillés de Saint-Julien-du-Verdon ». — Documents, témoignages, recherches n°2 et 23, Nice, sd, Musée de la Résistance azuréenne. — Jean Garcin, De l’armistice à la Libération dans les Alpes de Haute-Provence 17 juin 1940-20 août 1944, Digne, 1983. — Mémorial de la Résistance et des combats de la Seconde Guerre Mondiale dans les Basses-Alpes, Digne, Secrétariat aux Anciens Combattants–CDIHP des Alpes-de-Haute-Provence, 1992. — Jean-Louis Panicacci, Les Alpes-Maritimes dans la guerre 1939-1945, De Borée, 2013 et Les lieux de mémoire de la Deuxième Guerre mondiale dans les Alpes-Maritimes, Nice, Serre, 1997. — Jacques Peirani, Mémoire des jeunes de Combat, Alpes-Maritimes, souvenirs dactylog., sd.

Jean-Marie Guillon

Version imprimable de cet article Version imprimable