Né le 10 avril 1919 à Brive (Corrèze) ; grièvement blessé par balle et décédé le 10 septembre 1944 à l’hôpital d’Ussel (Corrèze) ; instituteur ; membre des FTPF.

Après des études primaires à Tulle, à l’École annexe, puis au cours complémentaire de Souilhac-Tulle, il intégra l’École Supérieure d’Ussel, et en 1937, fut admis parmi les premiers de sa promotion à l’École Normale d’Instituteurs de Tulle.
Le 16 novembre 1939, il fut mobilisé. Après la signature de l’Armistice le 22 juin 1940, il fut maintenu dans l’Armée, au 32e Régiment d’infanterie, avec le grade de sergent, et eut l’occasion de monter la garde le long de la ligne de démarcation.
Après avoir été démobilisé au mois d’octobre 1942, il fut nommé instituteur dans une petite école rurale, à Areil, commune de Palisse (Corrèze).
Fils d’un poilu mort en 1918 et beau-frère d’un prisonnier de guerre en Allemagne, il décida de mettre « sa jeunesse et ses connaissances au service de la Résistance », et tout particulièrement des FTPF, dont il commanda la 23/28e Compagnie de Neuvic-d’Ussel.
Il participa entre autre à la libération de la ville d’Ussel (16-17 août 1944).
Mais le 20 août 1944, parti en camion à la tête de sa compagnie en service commandé, dans la région de Moustier-Ventadour, il fut grièvement blessé par balle. Conduit à l’hôpital d’Ussel, où il fut opéré, il rendit l’âme dans la nuit du 10 septembre 1944. Il avait 25 ans.
Sources

SOURCES : Livre d’or des Instituteurs corréziens morts pour la France 1939-1945, Tulle, imprimerie Maugein, 1969, pp. 13-16.

Gilbert Beaubatie

Version imprimable de cet article Version imprimable