Né le 14 septembre 1907 à Granges-sur-Vologne (Vosges), exécuté le 1er septembre 1944 au camp de Natzweiler-Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin) ; ingénieur ; résistant.

Fils de Jules-Albert Mengel, maréchal-ferrant, et de Marie-Élise Gonand, tisserande, Paul Mengel, ingénieur à la mine des Télots à Saint-Fargeot, près d’Autun (Saône-et-Loire), s’était marié le 30 juin 1930 à Épinal (Vosges) avec Marie Thérèse Valentin. Il entra dans la Résistance au réseau Alliance avec le pseudonyme de "chauve-souris" et devint chef du secteur "forteresse" à Autun (Saône-et-Loire).
Son réseau fut infiltré par un indicateur de la Gestapo et il fut arrêté le 23 septembre 1943 à Avallon (Yonne) avec son épouse Marie-Thérèse, agent du même réseau, qui sera abattue d’une balle dans la nuque le 27 novembre 1944 près d’Offenburg (Allemagne).
Paul Mengel fut déporté en avril 1944 sous la classification "NN" ("Nacht und Nebel"-"Nuit et Brouillard") à destination du camp de Schirmeck (Bas-Rhin), où il arriva par le convoi du 29 avril 1944 et fut interné au block 10 avec tous les hommes du réseau.
Devant l’avance alliée les 107 membres du réseau Alliance détenus à Schirmeck, dont Paul Mengel, furent sur ordre du Haut commandement de la Wehrmacht (OKW) à Berlin, transférés en camionnette par fournées de 12 vers le camp de concentration du Struthof, où ils furent dans la nuit du 1er au 2 septembre 1944, abattus d’une balle dans la nuque à la chambre d’exécution puis incinérés directement dans le four crématoire du camp, situé dans le même bâtiment.
Il fut déclaré "Mort en déportation" par arrêté du 23 février 2012 et "Mort pour la France".
Son nom figure sur le sur le monument aux morts d’Autun sous l’orthographe de Mangel ainsi que sur la stèle commémorative du réseau Alliance, à Autun (Saône-et-Loire) et sur la plaque commémorative du réseau S.R. Alliance au camp de concentration du Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin).
Sources

SOURCES : MémorialGenWeb. — Wikipédia "Réseau Alliance" et "camp de concentration de Natzweiler-Struthof". — Marie-Madeleine Fourcade "L’Arche de ¨Noé" Fayard 1968. — "Livre Mémorial des Déportés de France" de la F.M.D. tome 2. — État civil.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable