Né le 20 juin 1891 à Fontaines (Vendée) ; exécuté sommairement le 1er septembre 1944 au camp de Natzweiler-Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin) ; agent du cadastre ; résistant réseau Alliance.

Fils de Jean Pierre Métayer menuisier au bourg de Fontaines (Vendée) et d’Henriette Larré, marchande, il fit des études secondaires au collège Viète de Fontenay-le-Comte (Vendée). Agent technique de travaux lors du conseil de révision de 1911, il fut mobilisé le 2 novembre 1914 au 57ième Régiment d’Infanterie. Il participa à la quasi-totalité du conflit, et fut blessé à deux reprises en mai 1917 et avril 1918 ce qui lui valut une citation à l’ordre du régiment le 21 mai 1917 : « brancardier dévoué, consciencieux, énergique, a fait preuve d’un beau mépris du danger pendant les combats des 5 et 6 mai 1917, blessé en relevant des blessés ». Il fut démobilisé en août 1919 et reçut la Médaille militaire par décret du 20 octobre 1934. Il se maria le 7 février 1921 à L’Ile-d’Elle (Vendée) avec Albertine Eulalie Henriette David. Ils eurent un fils Pierre Jean né le 22 mars 1922.
Il était lors de la Seconde Guerre mondiale agent du cadastre (agent technique des révisions foncières) à Fontenay-le-Comte (Vendée). Il s’engagea dans la Résistance au début de juillet 1943 au sein du réseau Alliance, région Sud-Ouest Hangar en compagnie de Martial Poupeau. Jean-Baptiste Métayer, enregistré au réseau sous le vocable N71 (chargé de mission de 3ème classe) en fut un agent de renseignements (P2) sans que le secteur précis puisse être clairement défini (Vendée ou Poitiers). Il semble avec son ami et collègue Martial Poupeau, ancien combattant comme lui et issu du même village près de Fontenay-le-Comte, avoir cherché à relever les coordonnées topographiques de terrains d’aviation et de parachutage Il était vraisemblablement en liaison avec le secteur de Poitiers d’Edith Augustin et Albert Roquet pour les émissions radio. En septembre 1943, un agent double, Jean-Paul Lien, livra aux Allemands les noms de 200 résistants appartenant au réseau "Alliance", notamment les agents de la région Sud-ouest. Les arrestations à Poitiers furent effectuées à partir de la mi-décembre : Jean Kiffer, le 20, Albert Roquet, le 2l, les époux Tillet et Edith Augustin, le 31. Jean Baptiste Métayer fut arrêté le 15 janvier 1944 à Fontaines (Vendée) son village natal où il était toujours domicilié, convoqué à 8 h. du matin à la mairie où l’attendait la SIPO-SD (selon le témoignage postérieur de son épouse). Marie Madeleine Fourcade, chef du réseau précise dans l’attestation rédigée en 1950 : « qu’il était alors en mission pour le réseau Alliance ». Arrêté en même temps que Martial Poupeau, d’abord incarcéré à la prison de La Roche-sur-Yon (Vendée), il fut transféré le 22 janvier à la prison de la Pierre Levée. Il fut transféré avec tout le groupe de Poitiers le 29 février 1944 vers la prison de Fresnes. Jean-Baptiste Métayer fut déporté sous la classification "NN" ("Nacht und Nebel"-"Nuit et Brouillard") à destination du camp de Schirmeck (Bas-Rhin), où il arriva par le convoi du 29 avril 1944.
Devant l’avance alliée les 106 membres du réseau Alliance détenus à Schirmeck, dont Jean-Baptiste Métayer, furent sur ordre du Haut commandement de la Wehrmacht (OKW) à Berlin, transférés en camionnette par fournées de 12 vers le camp de concentration du Struthof, où ils furent dans la nuit du 1er au 2 septembre 1944, abattus d’une balle dans la nuque à la chambre d’exécution puis incinérés directement dans le four crématoire du camp, situé dans le même bâtiment.
Déclaré Mort pour la France (inscription au registre d’état-civil du 13 octobre 1949), il fut élevé à titre posthume au grade de sous-lieutenant des Forces Françaises Combattantes de l’Intérieur en mars 1947 et reçut la Médaille de la Résistance. Le titre de déporté-résistant lui fut reconnu en novembre 1950 et il fut également déclaré "Mort en déportation" par arrêté du 3 juillet 1995.
Son nom figure sur la plaque commémorative du réseau SR Alliance au camp de concentration du Struthof à Natzwiller (Bas-Rhin). Il figure également sur le monument aux morts de la commune de Fontaines (Vendée) et sur la plaque commémorative du collège Viète de Fontenay-le-Comte (Vendée).
Sources

SOURCES  : Arch. Dép. 85 (Etat-civil ; registres matricules) —Dossier DAVCC Caen — Wikipédia "Réseau Alliance" et "camp de concentration de Natzweiler-Struthof " — Marie-Madeleine Fourcade L’Arche de ¨Noé Fayard 1968 — Mémorial de l’Alliance, 1951 — Fondation pour la mémoire de la déportationVienne Résistance Internement Déportation, article de Jean-Marie AUGUSTIN professeur à l’Université de Poitiers — mémorial genweb fiche n° : bp-5308937

Jean Louis Ponnavoy, Michel Thébault

Version imprimable