Née le 2 novembre 1915 à Valence (Vaucluse), tuée en mission le 27 août 1944 à Romans-sur-Isère (Drôme) ; comptable ; FTPF.

Fille naturelle de Mathilde Montagnon, journalière, légitimé par le mariage de sa mère et Francis Louis Fournier en 1917, nièce de Pierre Semard*, Simone Fournier, comptable, communiste, s’était marié le 13 avril 1940 avec Geoges Abat* à Valence où le couple résidait 8 rue Juiverie. Elle entra aux FTPF en 1943 ; agent de liaison, à l’état-major Drôme FTP, puis secrétaire régionale au PC régional FTPF, arrêtée en mai 44, torturée et relâchée. Aussitôt libérée, elle suivit le PC régional dans le Diois et le Nyonsais. Par son allant, son dynamisme, sa bonne humeur, son dévouement, elle s’attira l’affection unanime des cadres et des hommes.
Tuée en mission le 27 août 1944 par une automitrailleuse allemande sur un barrage à Romans, route de Saint-Paul-lès-Romans, lors du retour des Allemands à Romans. Elle essayait de pénétrer dans Romans repris par les Allemands. Le commandant des FFI eut le temps de sauter et de s’enfuir, mais Simone Abat, qui s’était dressée dans la voiture pour le suivre, fut tuée sur place.
Veuve de Georges Abat, « Mort pour la France » le 16 juin 1944 à Sauveterre (Gard), Simone Abat était mère d’une petite Mireille Paulette, née le 30 août 1943 à Valence et morte le 11 juin 1987.
La Légion d’Honneur lui fut attribuée le 4 septembre 1944.
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Drôme, 1920 W. Lap 438. — Journal La Drôme en armes, n° 4 du 5 septembre 1944, article "les routes de la Drôme" par Elsa Triolet, page 2. — Thèse A. Chaffel, page 42. Dufour 39. PAF 449. — Journal Le Résistant de la Drôme, du 16/09/1944 (ADD-CP 324). — En Avant, FTPF - FFI, septembre 1944. — "La Voix populaire de la Drôme du 23 août 1947. Pons 274. — Chosson, Desgranges, Lefort, Drôme nord, terre d’asile et de révolte, Peuple Libre 1993, p. 367. MAM Valence. — Plaque Romans route de Saint-Paul. — État civil.

Robert Serre

Version imprimable de cet article Version imprimable